LAISSER FAIRE LE DESIR

Le chorégraphe français Jérome Bel dit dans une interview à propos de Gala: « On ne peut pas travailler puisque ce ne sont pas des outils performants, donc il s’agit de faire autre chose, de ne pas travailler, de laisser faire leur désir. Le principe du spectacle, c’est le désir ». Voir:  extrait de Gala

Marie-José Malis présente le spectacle ainsi: « Envisager autrement la danse. Ouvrir le théâtre à ceux qu’il ne représente jamais. Se demander : comment l’art met en commun ? Artiste majeur de la scène contemporaine, Jérôme Bel revient avec une proposition qui s’est imposée durant un atelier mené avec des amateurs en Seine-Saint-Denis. Le gala, forme festive et collective, mêle ici professionnels de la danse et amateurs issus de divers horizons. Sans jamais appeler au jugement, les différents numéros révèlent la manière dont le répertoire culturel de chacun engage un rapport singulier au désir d’autre chose, de joie, de perfection, de transfiguration, et de partage politique, qu’est la danse. Et l’inventaire de cette « danse sans qualité » ne révèle pas seulement la multiplicité des modèles esthétiques. Il œuvre dans un désir partagé. »

MOUVEMENTS SPONTANES DESHINIBES

Quel rapport avec ce site?

Outre le recadrage opéré par l’artiste (encore une fois), l’idée du « désir partagé dans une danse sans qualité » est un thème à développer sous hypnose.
Le mouvement et le son spontanés en état d’hypnose m’intéressent depuis bien longtemps.
Sans compter que le joyeux côté désinhibiteur de l’hypnose facilite l’expérience de bouger simplement ensemble, sans jugement ni inhibition. Yeah!

Il suffit d’oser 🙂

Bienvenue en séance

© Marie Lisel

 

Publicités