JOANNE LEIGHTON FAIT DANSER LES HABITANTS

Depuis 2010, Joanne Leighton invite le public à devenir danseur de sa pièce « Made in Série », présentée dans plusieurs villes, et crée ainsi du lien entre les participants, en transmettant à chacun l’appui sur l’écoute de l’autre, en plus de bases techniques comme  le travail sur le poids, la légèreté, les repères spatiaux-temporels… Aujourd’hui, cette pièce est portée par WLDN http://wldn-joanneleighton.blogspot.fr

Quelques années auparavant, lorsque j’ai débarqué dans le minuscule studio de Velvet, rue des Tanneurs à Bruxelles, Joanne Leighton donnait déjà de son énergie et de son temps, pour que les habitants du quartier populaire des Marolles et des alentours puissent danser ensemble. Son cours se présentait ainsi: « La pédagogie se concentre sur la prise de conscience du corps par un travail sur la gravité, l’énergie et la fluidité afin de construire un ensemble de mouvements dynamiques et rythmiques. L’élève apprendra à éveiller et écouter son corps à travers l’espace, seul et aussi en interaction avec le groupe. La spécificité du projet est de mêler l’apprentissage de la danse avec la construction d’une forme, la découverte du mouvement avec sa mise en espace. »

UN TOURNANT

Cette rencontre a été primordiale pour moi. Après plusieurs années de distance avec mon corps, suite à un arrêt brutal et terriblement triste de l’équitation, puis à des rééducations, puis à des essais divers et ratés pour me remettre dans une activité corporelle, j’en voulais à ce dos qui m’avait lâchée. Je ne reconnaissais plus la solidité de mon tronc. J’avais pris de la distance, quasiment en colère.  Joanne Leighton m’a permis de tâtonner, de me tromper, d’enrager, de réessayer, d’oser, de lâcher, de sentir, de faillir, de recommencer… pour peu à peu reprendre du plaisir à bouger, dans l’espace en 3D (je garde encore en moi ce cube conceptuel qui ouvre incroyablement l’espace par les coordonnées de multiples points vers lesquels diriger une partie du corps), à écouter mon corps jusqu’à le laisser aller dans des positions et transitions que je pensais devenues impossibles pour moi. Elle m’a aussi amenée au mouvement spontané et puis  à danser dans la confiance de l’écoute de l’autre et dans le développement d’un rapport dansé, voire dans une synchronisation du groupe entier. C’est énorme! Pendant quelques temps, avant son départ (pour diriger le centre chorégraphique national de Belfort), j’ai bénéficié de ses conseils, de ses encouragements et de son plaisir de transmettre la danse contemporaine aux non-danseurs comme moi, même abimés.

Aujourd’hui, j’ai la conviction que cette « réparation » du lien esprit-corps m’a fait avancer non seulement dans mon lien à moi-même en tant que globalité (ou non-dualité), mais aussi dans mon lien à l’autre (lâcher-prise, confiance, écoute) et aussi dans ma pratique de l’hypnose. Mon corps fait partie intégrante de ma pratique hypnotique, même lorsqu’il est quasiment immobile, il me permet de me sentir libre, connectée et de laisser passer mes intuitions aussi bien dans les symboles du rêve éveillé que dans les sensations physiques… sans oublier les mouvements spontanés et la synesthésie, sur lesquels je travaille depuis quelques temps avec l’hypnose. En 2008, j’étais loin de me douter de cette autre façon d’être avec moi-même et de tous les bienfaits que j’en retirerais!

CHANGEMENT DE CROYANCES ET DE COMPORTEMENT

Là, encore, une situation vécue comme horrible et sans issue (je ne pouvais plus travailler à pieds ni monter des chevaux vifs ni…) a débouché sur un élargissement du cadre, ce qui a permis l’émergence d’une autre façon de voir ma situation, d’autres croyances, d’autres comportements, d’autres pratiques et  d’autres lumières.

J’ai eu de la chance! Ce changement dans ma subjectivité s’est opéré grâce à l’accompagnement dans la danse le plus plus idéal pour moi: à la fois chorégraphe conceptuelle et danseuse contemporaine d’une grande rigueur,  accompagnatrice généreuse, attentive sans mièvrerie ni autorité ni connotation de danse-thérapie, dans la position de celle qui est là, favorise les conditions d’écoute, rassure…

ACCOMPAGNER POUR UN CHANGEMENT

Je ne peux aujourd’hui que faire le lien: l’hypnotiste que je suis devenue accompagne également le participant à acquérir des outils (exploration et transformation par l’hypnose) et à mettre en place les conditions les plus idéales possible de son changement.

Et j’ai la croyance que l’on peut transmettre ce que l’on a intégré, car les expériences singulières et les accompagnements reçus dans des contextes et disciplines divers se rejoignent pour tisser la trame de notre position d’accompagnant.

Merci Joanne.

Image: « Made in Série« , Joanne Leighton 

© Marie Lisel

Bienvenue en séance

PS: Après le départ de Bruxelles de Joanne Leighton (qui allait diriger le centre chorégraphique national de Belfort), j’ai poursuivi au Grand Studio, avec Nora Alberti et Laida Aldaz Arrieta (que je salue au passage: sourire et merci à vous deux!) et dans quelques cours de contact, impro… Puis mon corps a de nouveau fatigué et j’ai lâché la danse au profit d’autres explorations. Aujourd’hui, je cherche, à Paris cette fois-ci, un cours de danse contemporaine pour amateurs, basé sur l’intuition, le rapport, l’espace, le mouvement… et pas trop sur une chorégraphie compliquée. Qui a une piste? 🙂

Publicités