« Des rêves éveillés fantasmatiques » est le thème d’une création sonore radiophonique, sur laquelle je travaille actuellement, produite par Halolalune Production et l’ACSR et pour laquelle j’ai reçu une aide du FACR (Fonds d’Aide à la création Radiophonique) de la CFWB (Communauté Française Wallonie Bruxelles).

CONTRIBUTIONS

Vous êtes invitéEs à y contribuer, par envoi et par enregistrement sur rdv.

Pour la première étape, je rassemble des témoignages de fantasmes, en état expansé de conscience ou non. Chacun peut m’adresser un enregistrement audio ou un message écrit, sur la boite mail revesfantasmatiques AT gmail.com, avec « contribution au projet radiophonique » en objet de mail. Ces matériaux seront utilisés (ou non, car je choisis librement), soit en intégrant une réécriture littéraire enregistrée ultérieurement par un(e) acteur/actrice en studio, soit pour un approfondissement sous la forme d’une interview enregistrée de l’auteur(e) de l’envoi, soit sous la forme d’une séance d’exploration par l’hypnose enregistrée. Il est évidemment possible de modifier les voix de façon à conserver l’anonymat des personnes qui le souhaitent (vive la technique, c’est bluffant!). Vous ne serez cité/reconnaissable que si vous le désirez. La création sonore finale fera environ 50 minutes et mêlera de nombreux rêves fantasmatiques, des textes poétiques, de la musique électroacoustique et des techniques hypnotiques.

Seconde étape: je commence les enregistrements de fantasmes qui me parlent (selon les écrits et audios reçus) à Paris et à Bruxelles en cette rentrée 2016 (septembre-novembre).

FANTASMES

Les fantasmes sont relatif au désir, au plaisir, à l’émotion et surtout à l’imaginaire. Comme dans le dessin de Mirka Lugosi qui illustre cet article, dans un rêve, tout est possible car aucune limite de « faisabilité » (ni dans le réel, ni dans une réalisation cinématographique) n’entrave le récit. Les personnages peuvent n’être qu’énergie sans corps, se transformer, vivre l’ubiquité, être purs concepts ou habitants d’un lieu qui n’existe que dans une tête. La communication peut passer par d’innombrables canaux… Tout est à inventer! Après, il ne reste plus qu’à traduire le voyage en mots, avec autant d’hésitation, de poésie, de trouble, voire d’incohérence qu’il sera nécessaire.

Les critères des fantasmes de l’étape 1 qui m’intéressent de prime abord:

  • entre 30 secondes et 10 minutes d’enregistrement ou entre 3 lignes et 2 page A4
  • avec la forme, le langage qui vous correspond (c’est une base de travail, que nous pouvons éventuellement développer dans l’interview ou l’exploration hypnotique)
  • singulier, inédit, original, décalé, poétique, bizarre, saugrenu… en tout cas pas extrait des films, magazines, pubs et autres lieux communs
  • étroitement lié audésir
  • lié au plaisir (par soulagement de la tension)
  • ce plaisir semble étrange (voire étranger), décalé, à quelqu’un d’autre
  • chargé (important pour le/la participant(e), puissant, amenant une émotion chez celui/celle qui le raconte)
  • avec une mise en scène, une ambiance, même résumée en une ligne
  • avec un scénario, une action, même résumé en une ligne
  • dans lequel le/la participant(e) est présent(e), en tant qu’humain, seul ou pluriel, ou animal ou oeil ou énergie ou eau ou métempsychose…)
  • se suffisant à lui-même, en tant que rêverie éveillée. Il s’agit d’un film intérieur lié au désir qui soulage une tension et donne du plaisir en tant que matière imaginaire. Donc, sans véritable possible de passage à l’acte.
  • réalisteou oniriqueou symbolique ou fantastique ou…
  • contenant des détails sensoriels (vue, audition, sensation kinesthésique, odorat, goût), des impressions, des associations libres (« ça me fait penser à… »), des comparaisons ou métaphores…

Bienvenue en séance!

© Marie Lisel

Images: ©  Mirka Lugosi

Publicités