L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Stage: « (ré)apprendre à rêver », juin 2019, Cévennes

Vue de Saint-Germain-de-Calberte - © Olivier Prohin

Ce stage de deux jours aborde le rêve en tant que champ d’exploration intérieure, en tant que vaisseau qui relie, transporte, traverse, en tant que moyen de transformation de l’être.

Au coeur de la nature accueillante et magnifique des Cévennes, offrez-vous deux jours pour rêver!

Où sont mes rêves?

Régulièrement, des personnes viennent en séance pour (re)trouver leurs rêves.

Rêves nocturnes, rêves lucides, rêves éveillés libres ou simples rêveries sont en effet souvent encagés dans le quotidien fait d’agendas, de listes, de conversations repassées, de futurisations répétitives, de ruminations, d’angoisses… ou carrément d’amnésie ou d’espace vide.

Où se cache donc l’imaginaire?!

26231166_733746480168933_1419659683434186512_n

En rêve…

L’expérience

En expérimentant le rêve éveillé sous hypnose, une fenêtre s’ouvre déjà: le rêve est bien là. Il se déroule, s’ouvre, éclôt, offre des représentations (paysage, personnages, narration…), des cheminements, des transformations et des espaces-temps inédits qu’il est possible de retrouver seul.e par la suite (avec une porte, un ancrage, un appel…).

L’entrainement

En apprenant à jouer avec l’imagination volontaire (c’est-à-dire imaginer volontairement un élément, respirer pour aller vers tel espace temps, demander « + de… », etc.) et l’imagination active (laisser faire le rêve), chacun.e s’ approprie un outil magique d’entrainement, surtout au rêve éveillé et au rêve lucide.

La quête

Et puis, en allant à la recherche du rêve comme une quête au trésor dans l’imaginal, des transformations s’opèrent, des éléments se dénouent, se nettoient, se ressourcent… et les personnages-représentations responsables des rêves négocient leurs besoins et désirs et se concilient pour « un rêver » à la fois agréable, ouvrant et libérateur.

p1060567
Je pratique des séances en hamac (au bois de Vincennes pour les parisienn.es et en nature pour les Cévenol.e.s)

En vrai…

Travailler avec et sur l’imaginaire transforme « la vraie vie ».

Le titre de mon site et le coeur de ma pratique repose sur le rêve: « L’hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde » permet non seulement de transformer sa réalité personnelle, mais aussi de transcender les peurs collectives pour construire des représentations, des intentions, des idéaux, ensemble.

Ce stage explore les rêves sous toutes leurs formes: rêve nocturne, rêve lucide, rêve éveillé libre, rêve éveillé dirigé de Robert Desoille, RED adapté à l’hypnose, rêverie, rêve de groupe, rêve d’arbre… en mettant surtout l’accent sur le RED de Desoille et sur le RED hypnotique.

Il envisage aussi le mouvement et la transformation par le rêve.

Venez rêver dans et avec la nature magnifique, en juin, au coeur des Cévennes.

Il suffit d’oser!

Quels rêves?

Rêve nocturne

Dans les années cinquante, des méthodes d’enregistrement de l’activité micro-électrique qui résulte du fonctionnement du cerveau (électro-encéphalographie (EEG)) permettent la découverte du sommeil paradoxal. Le Pr Michel Jouvet constate qu’il y a, toute les 90 minutes de sommeil, des périodes où l’activité EEG ressemblent à de l’éveil. Alors que le corps est totalement relâché, le cerveau dépense beaucoup d’énergie. L’enregistrement EEG permet d’observer l’apparition d’un tracé rapide et désorganisé analogue à celui qu’on observe durant l’éveil durant ce SP, qui survient à chaque cycle de sommeil (entre 4 et 6 par nuit).

Capture d’écran 2018-02-27 à 18.09.25.png

La science n’a pas encore résolu l’énigme de la fonction du rêve nocturne en SP. De nombreux articles et livres avancent des théories diverses. Personnellement, je penche pour la théorie de François Roustang, sans verrouiller de certitudes.

Certaines techniques permettent de mieux se souvenir des rêves nocturnes.

  • La plus simple: avoir l’intention ferme de les noter au réveil, se le répéter et prendre un carnet dès le réveil. L’intention peut être matérialisée dans un rituel pour être amplifiée.
  • Le bouddhisme tibétain a développé le yoga du rêve, destiné à maintenir la même conscience qu’à l’état de veille au cours du rêve
  •  L’exposition à des flashes lumineux au cours du sommeil grâce à un appareil portatif (« DreamLight » à usage domestique), augmenterait la fréquence rapportée des rêves

Depuis le début de l’humanité, les rêves nocturnes sont étudiés et utilisés selon les croyances de chaque culture, pour guider, initier, guérir (chamanisme, par exemple), créer… ou pour analyser sa psyché (Freud, Jung).

L’interprétation des rêves est la voie royale, menant à la connaissance de l’inconscient dans la vie psychique.  (Freud, Die Tramdeutung, 1900).

L’hypnose, qui travaille avec l’outil de l’imagination active, met le focus sur la croyance en la faculté de rêver. En outre, elle propose un entrainement au rêve, ce qui permet de se reconnecter à ses rêves, nocturnes ou diurnes. Ce n’est pas une loi générale. Mais de nombreuses/x accompagnés m’ont confié le retour de leurs rêves nocturnes à la suite de séances de travail hypnotique sur d’autres intentions.

Rêve lucide

Les rêveuses.eurs lucides, profondément endormi.e.s, savent qu’iels rêvent.

Certain.e.s sont en pleine possession de leurs facultés cognitives (c’est là le sens du mot  » lucide « ) et peuvent donc raisonner clairement, se souvenir de leur vie de veille, agir à volonté – de manière réfléchie ou selon des plans d’action établis avant le sommeil.

En étant conscient.e que le monde onirique est imaginaire, les rêveuses.eurs lucides peuvent transformer leur rêve (transformer et faire apparaître ou disparaître des personnages, des objets, la lumière), transgresser les lois physiques (voler ou transpercer la matière) et même changer de rêve (par des passages entre les mondes oniriques).

Certain.e.s le font de manière occasionnelle (c’est mon cas, consultez mes articles sur mes rêves lucides autothérapeutiques). D’autres s’entrainent pour en vivre chaque nuit. Il existe en effet de nombreuses méthodes pour se former au rêve lucide. C’est du boulot, mais cela en vaut la peine! Là où l’on pourrait paniquer au coeur d’un cauchemar, la.e rêveuse.eur lucide a conscience que les monstres sont aussi inoffensif qu’un film d’horreur et que son corps réel, lui, ne craint rien en étant avalé, dissout, propulsé d’une falaise… cette conscience permet de continuer à rêver, de surmonter ses peurs irrationnelles, de s’amuser d’aventures inouïes, d’élargir le champ des expériences, de voler!

A nouveau, l’entrainement au rêve éveillé et à la lucidité dans le rêve, par la dissociation (vous êtes à la fois ici avec moi et là-bas avec les oiseaux) en hypnose prédispose au rêve lucide. Cependant, pour devenir un.e expert.e qui programme l’espace-temps de son rêve avent de s’endormir, cela demande un investissement en temps et en énergie (consultez les sites et forums de passionnés).

Rêverie

La rêverie est une activité mentale qui n’est pas dirigée par l’attention, mais se soumet à des causes subjectives et affectives. Dans une rêverie, nous nous détachons mentalement de notre environnement réel immédiat, pour divaguer, en pensées floues, sans but précis.

L’état de conscience est passif et généralement agréable.  L’esprit se laisse captiver par une impression, un souvenir, un sentiment, une pensée et laisse aller son imagination au hasard des vagues d’associations d’idées.

Le moindre fait me plonge dans des rêveries sans fin. Je m’en vais de pensées en pensées, comme une herbe desséchée sur un fleuve, et qui descend le courant flot à flot (Flaub.Corresp., 1850, p. 281).

Dans pas mal d’articles, elle est confondue avec le rêve éveillé. Or, elle s’en distingue par l’attention et l’intention. En travaillant sur le focus, la rêverie peut être transformée en rêve éveillé. De façon plus générale, elle nous intéresse ici par l’entrainement qu’elle offre au « laisser aller » de l’imaginaire et à la poésie.

Il y a aussi des entre-deux. Par exemple, lorsque je me retrouve face à un choix crucial, je pose mon intention en demandant à « ce qui sait en moi » de réfléchir sans ma volonté et sans contraintes. Puis je lâche et laisse la rêverie faire son job. Je me contente alors de baliser (si cela tourne en rumination ou en film catastrophe, je « ramène le cheval », sinon, je laisse galoper. Pour cet exercice, se coucher dans une cascade de rivière ou dans un hamac est sensationnel 🙂

Fantasme en rêve diurne

Le fantasme se nourrit du désir, du principe de plaisir et de l’interdit. Nous aborderons brièvement ce rêve si la majorité du groupe s’y intéresse, en option.

D’ailleurs, vous aussi devez connaître des rêveries troubles, n’est-ce pas? Milton H. Erickson (qui a donné son nom à l’hypnose éricksonienne)

L’homme vertueux se contente de rêver ce que l’homme pervers fait en réalité. Platon

Si vous faites attention, non à ce que vous pensez mais à la forme de votre pensée, vous vous apercevez que vous faites rarement des phrases complètes. Il y a des morceaux de rêves, un fantasme, un souvenir, des chansons. On a des scies dans la tête. Marie Darrieussecq

Fantasmes de désir comme des rêves, les oeuvres d’art constituent pour leur créateur – comme ensuite pour ceux qui en jouissent – une sorte de soupape de sûreté à la pression trop forte des instincts refoulés. Marie Bonaparte

J’exige le respect pour mes rêves, aussi insensés puissent-ils paraître. Un fantasme, ça ne se discute pas. Julien Blanc-Gras

Cinéma intérieur limitant

Quand les films intérieurs des ruminations (« j’aurais dû… ») et anticipations anxiogènes (« et si… » catastrophes) emmènent vers l’angoisse, la tristesse, la colère… ils amplifient un état émotionnel non propice (donc « limitant ») à ce que l’on désire accomplir. Le travail sous (auto)hypnose est alors fantastique, pour mettre le cap vers un état aidant l’intention. A lire « Moi? Je me fais un film? »

Rêve éveillé dirigé (RED), selon Robert Desoille

La technique de Robert Desoille est relativement simple : « Le sujet est invité à faire une rêverie. Pour faciliter celle-ci, il est bon de soustraire le patient à tout effort musculaire ainsi qu’à toute excitation lumineuse et sonore. La position horizontale, dans une pièce semi-obscure et loin du bruit, sera donc meilleure. Le sujet allongé se met en état de relaxation et ferme les yeux pour créer un scénario imaginaire dont il est lui-même le héros principal (ou unique). Le thérapeute intervient parfois pour faire préciser une partie de l’espace imaginaire ou une bifurcation possible du scénario.»

Je pratique le RED selon la méthode de Robert Desoille en atelier de recherche. En séance individuelle ou de groupe, le plus souvent, je préfère le mêler le RED à d’autres pratiques. Dans ce stage, nous pratiquerons les deux.

REL (rêve éveillé libre) et autres techniques dérivées du RED: voir la page sur les techniques de rêve éveillé

REAH (rêve éveillé augmenté/amplifié par l’hypnose: mon dispositif 🙂 )

La méthode de Robert Desoille est une base à laquelle je mêle des techniques hypnotiques, mais aussi des représentations traditionnelles européennes ou chamaniques, différemment selon les contextes, les intentions, les personnes accompagnées…

Rêve éveillé avec surface de projection 

L’on pourrait également considérer comme rêve la projection appliquée à l’objet transitionnel (quelle histoire je me raconte en construisant ma cabane à rêve?), ou le travail avec des acteurs qui prennent un rôle actif de représentation dans notre histoire (constellations familiales, par exemple, ce que je ne fais pas) ou ce qui se joue avec des êtres qui renvoient instinctivement ce que nous dégageons  (voir les stages « cheval-miroir et hypnose ») ou l’interprétation fantasmagorique d’une situation donnée, ou…

C’est le cas dans de nombreuses situations quotidiennes, n’est-ce pas?

Rêve conscient 

Des expressions comme « Je rêve de… », « moi, mon rêve, ce serait de… » révèlent des projets, des idéaux, des désirs, que l’on peut envisager comme impossibles à atteindre (et donc à conserver juste en rêverie douce) ou comme cap vers lesquels tendre.

Prendre de la hauteur, se distancier pour un temps de ses émotions, avoir une vue d’ensemble, organiser son rêve et l’ajuster (au contexte, aux besoins, désirs, valeurs…) ramener le cheval en focus vers ce cap et y aller, à son rythme… voilà encore une application de l’hypnose éricksonienne.

Rêve idéologique de groupe

I have a dream, Martin Luther King

Rêver l’obscur, Starhawk

Nous ne l’aborderons pas lors de ces trois jours, mais le rêve peut aussi être politique: rêver ensemble, c’est créer des représentations pour sortir des peurs individuelles, faire émerger de l’ombre des solutions nouvelles, créer le cap d’un monde meilleur. Ensemble.

Liens et biblio?

Pour les liens, sources bibliographique… voyez la page consacrée aux rêves.

Pour les techniques de rêve éveillé, voyez la page techniques de rêve éveillé

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :