L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Atelier d’exploration: explorer une oeuvre d’art

Pieter Vermeersch. http://www.pietervermeersch.be

Cet atelier propose d’acquérir quelques outils hypnotiques à réutiliser en autohypnose face à une oeuvre et d’entreprendre un voyage guidé approfondi.

Il s’adresse aux artistes, commissaires d’expositions, critiques, collectionneurs, amateurs d’art.

En séance individuelle ou à deux ou en groupes (jusqu’à 15 personnes).

En atelier, galerie, centre d’art, musée, collection privée.

 

Briser la continuité du monde

« Le caractère clos des œuvres d’art, leur effet hypnotique reposent sur le fait qu’elles réclament et accaparent un maximum d’énergie. Cela donne au contemplateur la force de briser la continuité du monde à l’aide de la figure totalisée et d’échapper pour un temps à l’angoisse de mort. Chaque totalisation crée des états de discontinuité, et c’est en cela que réside une chance pour la liberté humaine » Carl Einstein, Georges Braque, Bruxelles, La Part de l’Œil, 2003 (1932), traduction de Jean-Loup Korzilius, p. 53.

Différents prétextes pour approcher l’art avec l’outil hypnotique

Lorsque je me balade dans une exposition, il m’arrive de me laisser flotter dans la salle et de dériver jusqu’à l’univers qui dégage la plus intense force d’attraction. Ou bien de rester perplexe face à une oeuvre censée m’interpeller (dixit l’ami(e) ou le/la spécialiste qui m’accompagne) et de me concentrer pour tenter une connexion. Ou bien de passer le temps, en jouant avec la transe et les matières, formes, couleurs, sons. Ou bien de laisser s’inventer une histoire en relation avec l’oeuvre, pour un texte à joindre pour un catalogue. Ou bien…

Une porte vers un voyage

Les prétextes pour explorer une oeuvre avec l’outil hypnotique sont légion. Pour être honnête, c’est surtout… une porte vers un voyage encore vierge car réalisé à partir d’une création inconnue et, aussi, un voyage bien plus reposant qu’en autonomie complète.

Lorsque l’on part uniquement de sa propre imagination pour entrer dans l’imaginal (lieu ou se déploient les productions de l’imagination), le voyage est souvent surprenant. Il demande néanmoins à être accompagné, voire guidé. En autohypnose, c’est possible (je le fais souvent) mais avec pas mal d’entrainement et d’attention.

Lorsque l’on se projette dans/en miroir d’une oeuvre créée par un artiste, l’état propice est plus facile à atteindre et l’interaction entre les imaginaires donne lieu à des échappées ouvrantes.

Les oeuvres de Pieter Vermeersch

Par exemple, les peintures de Pieter Vermeersch m’ont interpellée il y a quelques années, à Barcelone. Je suis restée un très long moment immobile, oscillant à peine, en voyage au coeur de ses détails de ciels agrandis en grands formats. Quelle richesse!

P1050961

Plus tard, j’ai eu l’occasion de visiter son atelier à Bruxelles. Puis j’ai retrouvé d’autres oeuvres, à Paris, en janvier 2017. A la Galerie Perrotin, ce sont deux petits formats de peinture sur marbre qui ont capté/capturé mon attention.

L’expo est visible jusqu’au 18 février.

Se sentir libre de projeter, de transformer, d’entrer, de jouer…

Explorer une oeuvre d’art par l’outil hypnotique est un moyen de transformer nos expériences subjectives, de modifier la perception de l’espace et du temps, de permettre à des idées, des sensations, des émotions, des images multisensorielles de se déployer, de créer du sens autrement que par la rationalité, de faire une expérience sensible enrichissante, de pousser les limites de l’expérience de la compréhension de soi, de la nature, de la société, du monde, de se laisser « embarquer dans le démontage des formes – y compris les siennes propres – en faveur de nouvelles compositions de flux » (Lygia Clark), de voyager, de créer des ouvertures, d’atteindre un pan de clairvoyance, une épiphanie, un éveil, une compréhension profonde, un déclic…

Evidemment, il ne s’agit pas de découvrir « ce que l’artiste a voulu dire » (il suffit de le lui demander ou de lire les commentaires de ceux qui l’ont fait), mais bien de se permettre de projeter librement son propre univers intérieur pour rendre visible ce qui restait caché, dans et à travers l’oeuvre.

L’hypnose comme outil pour l’exploration artistique

L’hypnose est pour cela l’outil idéal, car la mise en veille de notre rationalité donne l’occasion à notre monde intérieur de s’activer en s’appuyant sur le support qu’est l’oeuvre et de devenir, lui aussi, créateur!

 © Marie Lisel
%d blogueurs aiment cette page :