L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Atelier sur mesure au sein de votre projet d’art de la scène

J’emprunterais la définition de l’hypnopraticien.ne à Lygia Clark, qui définissait l’artiste «comme un propositeur de conditions qui permettent au récepteur de se laisser embarquer dans le démontage des formes – y compris les siennes propres – en faveur de nouvelles compositions de flux».

MODULES SUR MESURE POUR TRAVAILLER SUR LE PLATEAU

Je travaille en modules créés sur mesure pour faire émerger sur le plateau des matériaux dans la conception de créations, en théâtre, performance, danse, cirque, marionnettes, opéra, musique live… et autres arts de la scène, spectacles vivants.

Ces modules peuvent prendre de 3h à plusieurs jours, d’affilée ou répartis par segments.

L’hypnose est un outil qui permet (entre autres) d’explorer les matériaux et les matières, les fantasmes et les rêves,  les concepts et les constructions, par l’imagination active, ce qui ouvre des possibles complémentaires avec le travail d’improvisation, d’écriture, de recherche par les moyens connus de la.du capitaine de création.

Je me déplace facilement, vers Bruxelles ou tout autre résidence, selon un calendrier établi en amont.

QUE CHERCHE-T-ON? SELON QUELS PRESUPPOSES

La première étape, qui peut se faire en séance à table ou par skype, est que je comprenne les bases du projet en cours, mais aussi ce que la.e metteuse.r en scène, ou chorégraphe, cherche à faire émerger et à expérimenter par la technique hypnotique.

Ensuite, soit nous travaillons en duo (recherches hypnotiques ensemble, exploration de son imaginaire, création d’audios…), soit nous préparons un atelier à réaliser sur le plateau avec les performers-danseurs-acteurs-… soit les deux à des moments différents.

Pour cela, je récolte ses mots, ses expressions, de façon à préparer l’atelier selon la direction donnée (que rechercher?) et selon les présupposés du groupe de travail (même vocabulaire et représentations mais aussi avec un ton cohérent).

Puis nous élaborons le processus ensemble (metteuse.eur en scène, dramaturge, assistant.e, scénographe… selon…), en un ou plusieurs ateliers à proposer au groupe des participants à la création. Je travaille seule, puis propose, écoute, ajuste, propose, etc, jusqu’à ce que nous soyons raccord.

MODULES

Les modules comprennent des allers-et-retour entre un travail à table et un travail de plateau.

A table, différentes notions (sélectionnées selon les objectifs) sont abordées, comme :

  • hypnose classique, hypnose éricksonienne et nombreux « hypnotiques »
  • état modifié de conscience quotidien et EMC accompagné
  • hyperéveil, connexion, état animal, intuition, synesthésie, focus, état augmenté
  • liberté, ouverture, expérimentation, élargissement de la zone d’expérience (et non « sortir de sa zone de confort », expression que je n’utilise pas), amplification
  • accompagnement avec autonomie progressive grâce à l’intégration des outils
  • boite à outils hypnotique (ma voix comme fil rouge, voix intérieure, souffle, focus, ancrages, écoute flottante, objet transitionnel, safe-place, traducteur-trieuse, suggestion, récapitulation, mouvement et son spontanés, rituel, ressources, potentiomètres, vision-audition focus et panoramique…)
  • objectifs de l’expérience (généraux, intermédiaires)
  • positionnement de chacun.e, posture de l’accompagnante, des accompagnés et des personnes hors plateau
  • cadre, territoire de l’expérience, champ de dérive intermédiaire, limite, balises, vigie, ramener le cheval
  • différencier les processus psychiques et les contenus narratifs
  • la carte et le territoire, représentation, croyance inconsciente et croyance choisie
  • enfiler et désenfiler une croyance
  • imaginal, imagination, imaginaire, symbole, dividu, entité, paysage, transformation
  • imagination volontaire et imagination active
  • dissociation, trissociation, position meta
  • « ce qui dit moi », observateur intérieur, autorisation intérieure, demande intérieure, territoire, champ libre, accueil, cap-focus
  • champ d’attention, volonté, volition, agentivité
  • ce qui ne me semble pas moi, parties profondes, dividus, intuition, animalité
  • induction, EMC, fluctuations, états intermédiaires, retour

Nous dessinons ensuite un espace de travail commun (cadre), selon les modalités du projet et selon les demandes singulières des participants. Il s’agit que chacun se sente à la fois libre et accompagné, dans le territoire du projet et non dans ses territoires intimes (sauf si cela fait initialement partie du projet). Ce cadre sera ajusté par le groupe au fur et à mesure des modules.

Sur le plateau, les exercices se font chacun pour soi de façon intérieure (voyage les yeux fermés sans mouvement), parfois en mouvement avec les yeux fermés ou ouverts, parfois avec un ou des matériaux, parfois en interaction avec le groupe… de façon progressive et selon les objectifs.

L’intensité de l’état hypnotique est variable. Il peut être intéressant de travailler en état d’hypnose profond pour explorer et ouvrir, comme de travailler en état d’hypnose léger, pour s’en servir au quotidien, facilement (cet état de flottement que chacun connait, dans la vie courante, teinté d’une intention, orienté par une portée de l’attention plus ou moins focus, plus ou moins en expansion, plus ou moins floue…).

Ils peuvent porter, par exemple, sur une temporalité, un espace, une matière, un mouvement, une interaction, une connexion, une intuition, une musique, un texte, un mantra personnel, un objet, une forme, une odeur, une sensation chaud-tiède-froid, un pattern, une transformation, un concept, une figure, un personnage, un détail, une traduction synesthésique…

EVOLUTION DES MODULES AU FUR ET A MESURE DU TRAVAIL

Chaque module évolue ensuite, en aller et retours entre les discussions et l’expérience de plateau. Je m’adapte autant aux retours des participants qu’aux idées de la.du metteuse.eur en scène.

POSITIONNEMENT

Evidemment, il est important de déterminer le positionnement et le territoire de chaque intervenant, avant d’envisager ce genre de travail.

De mon côté, dans un workshop de commande au service d’un.e créatrice.eur, je suis la plupart du temps engagée en tant qu’hypnotiste, au même titre que le/la créateur.rice sonore, scénographe, coach vocal… au service d’une création dirigée par un.e metteur.e en scène ou chorégraphe.

A lire également: Accompagnement pour la création et Workshop en école supérieure d’art

© Marie Lisel

***

Un témoignage:

De manière générale, l’expérience était très intéressante, j’ai eu le sentiment qu’elle tombait à pic du travail fait précédemment, plus formel et plus dans la construction que dans la matière elle-même.
Ca m’a fait du bien de redescendre des concepts ou des représentations pour retravailler la base, le terrain, les fondements.

J’ai eu le sentiment que le cadre disparaissait ou tout du moins que j’étais capable de l’oublier par un double mouvement, à la fois à l’intérieur de la matière et inversement dans une perception plus globale de l’environnement, quand les choses vont à travers soi ou quand je me sentais dissolu dans une unité.
Les points d’accès, les portes et les clefs de ces portes sont des outils que j’aimerais retravailler. C’est assez déconcertant.

Comme la technique semble simple et comme j’ai du mal à me donner ou me rappeler ce genre d’outil pour ne pas me laisser déborder par des sentiments.
En fait le cadre du travail de la performance m’a fortement aidé à accepter le travail avec hypnose, car j’étais déjà volontairement dans l’acceptation et le non jugement de pratiques qui ne me sont pas habituelles. L’attrait pour des nouvelles expériences n’y est pas pour rien, et le laisser aller qui en découle se fait plus aisément.

J’ai particulièrement aimé les sentiments de se concentrer sur quelque chose et d’en ressentir des vertiges ou de l’apaisement, ça se rapproche un peu des sensations que je peux avoir sur scène quand une émulation un peu magique se fait, proche de l’extase.
ça se rapproche aussi de l’abandon de soi .

Le rapport à l’intime est assez ambigu en groupe, car je l’ai clairement laissé venir sans avoir le sentiment que c’était non à propos.
Après les outils que j’ai construit ici sont resté là-bas avec le travail de plateau… genre le travail est fini.
Dans le rapport aux autres je pense qu’il y a eu une émulation par le fait de sentir tout le monde au travail dans quelque chose de profond, plus d’attentif, plus concentré.

Il est très difficile de parler de ta méthodologie car à partir du moment ou tu acceptes le travail tu rentres dans le non jugement de la méthode, c’est trop complexe d’en parler car j’ai l’impression que les qualités peuvent-être des défaut et les défaut des qualités. Par exemple l’intonation de ta voix monocorde à pu me faire sortir du travail parce que je me suis poser la question du ton et de pourquoi (car je l’y associais au ton journalistique) et en même elle m’a donné la possibilité de l’oublier.
En tous les cas le fait que tu sois sur le plateau est hyper important et la légèreté avec laquelle tu mènes l’expérience est bienvenue, je n’ai pas ressenti de crispation.
Par contre je ne perçois pas l’intérêt d’un travail en groupe qui serait sans projet commun au préalable.

Pour mieux nommer les outils que j’ai utilisé et pour les sortir du travail fait au plateau
j’ai le sentiment qu’il faudra une rencontre individuelle

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :