L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Ecriture et/ou dessin sous hypnose

L’écriture automatique et le dessin spontané, pratiqués sous hypnose les yeux fermés ou en regardant ailleurs, sont des pratiques utilisées en thérapie, en exploration et en création.

La différence?

En thérapie, c’est un moyen pour un.e accompagné.e de communiquer avec ses parties profondes, de trouver des solutions à un problème. L’important, ce sont les compréhensions profondes, les ressources et les transformations vers un mieux-être.

Capture d_écran 2018-03-02 à 11.43.20
Travaux de Pierre Janet

En exploration, c’est un moyen d’élargir la connaissance de l’imaginal. L’important, c’est la découverte. Je l’utilise en ce sens au sein de stages de connexion avec la nature ou d’exploration queer, par exemple.

En création artistique, c’est le moyen, pour un artiste, de créer une oeuvre. C’est donc un processus de création utilisé par un.e créatrice.eur. Le processus est utilisé ici au service du travail artistique.

Capture d_écran 2018-03-02 à 11.39.40
André Breton

 

Les objectifs sont différents. Les contextes de ces processus et les personnes qui les utilisent également.

C’est un peu comme comparer la chanson populaire pour une personne qui se détend en famille et pour une cantatrice qui s’échauffe. Ou comme comparer les dessins du bloc-note griffonné quand on téléphone longuement aux esquisses qui préparent une installation d’art.

Les précurseurs en hypnose (Pierre Janet, Milton H Erickson…) ont utilisé ces pratiques pour la recherche expérimentale et pour la thérapie. Aujourd’hui, des thérapeutes continuent à faire dessiner et écrire dans leur cabinet, au sein de thérapies systémiques, analytiques ou autres. Et, en parallèle, les ateliers et stages d’art-thérapie fleurissent (je précise que je ne pratique pas l’art-thérapie, ce mélange ne me convient pas et ses codes ne me correspondent pas).

Capture d_écran 2018-03-02 à 11.38.17
Recherches de Pierre Janet http://www.histoiredelafolie.fr/psychiatrie-neurologie/pierre-janet-le-spiritisme-contemporain-article-paru-dans-la-revue-philosophique-de-la-france-et-de-letranger-paris-dix-septieme-annee-tome-xxxiii-janvier-juin-1892-pp-413-44

Les artistes surréalistes sont connus pour leurs dessins et écritures automatiques. Pour cela, il se privaient de sommeil, jouaient avec des substances ou se mettaient en transe d’une façon ou d’une autre. Car l’hypnose telle qu’on la connait aujourd’hui n’existait pas encore.

Bien d’autres artistes ont laissé leurs parties profondes créer sans être (totalement) maitrisées par le « je ». En écriture-dessin, je pense à Christian Dotremont. En dessin contemporain, je pense à Fabrice Cazenave, avec qui je travaille en ce sens (performance de dessin sous hypnose).

Capture d_écran 2018-03-02 à 11.35.16
Jean-Michel Atlan (collaboration COBRA)

Comment?

Le processus de l’écriture-dessin automatique:

  • une intention: elle peut être très vague, comme « je désire que ce qui crée en moi le fasse librement par mon corps prolongé de ma main, prolongée du crayon » ou très précise, comme « je désire découvrir dans cet écrit des éléments qui m’aident à faire le choix suivant… » ou « je demande à ma gitane de dessiner son voeux »…
  • une mise en transe (induction formelle ou informelle), avec une orientation vers une transe dynamique, active (>< relaxation) et soit somnambulique, soit dissociative (deux voies différentes vers le dessin et l’écriture spontanés).
  • une demande au corps ou à ce qui s’exprime des profondeurs ou à un dividu particulier… de s’exprimer par les mots ou le trait de la main (en changeant de main ou non, à tester)
  • un temps d’expérimentation ou le « je » laisse la place à ce qui écrit, dessine en lui/elle.
  • une lecture: c’est la personne qui a créé qui regarde sa pièce et en parle. Personne d’autre n’interprète son texte ou son dessin. Et cela fait place ou non à un texte en regard, écrit par le « je », cette fois. Cette étape n’est pas obligatoire.
  • une nouvelle intention ou demande (on repart du point 1 ou du 3)
HipstamaticPhoto-538786347.190037
Dessin réalisé par un.e participant.e à la performance participative que j’ai présentée avec Valérie Vivancos: « La voix disait à peu près: écarte les plis », FRAC Lorraine, 2018

Contrairement aux idées reçues, l’hypnose n’est pas un état de relaxation proche du sommeil. Elle est un moyen d’accéder à un état modifié de conscience choisi. Et il y en a plusieurs! dans certains EMC, il est possible de marcher en forêt, de danser, de chanter, d’écrire, de dessiner, de souvenir une conversation, de monter à cheval…

Dans cet atelier (ou stage), nous nous cherchons à atteindre l’EMC idéal pour écrire et/ou dessiner (et hop: ancrage!), nous nous entrainons à laisser le crayon ou stylo tracer tout seul, en laissant faire nos parties profondes (ou juste celle à qui on l’a demandé), puis nous utilisons cet outil de façon appropriée selon l’intention (stratégie thérapeutique / exploration profonde / création d’oeuvre).

Cette pratique peut aussi être une étape, un passage, dans une traversée longue (comme une prise de notes par les parties profondes au sein d’un stage de connexion en nature ou de création sur plateau ou d’exploration queer…).

Car elle permet également l’approfondissement et la modulation de la transe choisie.

capture-decran-2016-12-25-a-12-26-42
Trajectoires de gouttes nageuses dans une chambre microfluidique•Crédits : Equipe EC2M, Laboratoire Gulliver, ESPCI Paris

Concrètement?

Je travaille l’écriture et/ou dessin sous hypnose en séance individuelle ou en ateliers collectifs ou en stages.

Ces ateliers/stages sont soit:

  • des explorations pour la création, en école d’art ou conçus sur mesure au service d’un projet artistique mené par un.e créatrice.eur
  • des explorations en atelier d’écriture mené en collaboration avec un.e écrivain.e (je collabore volontiers avec Caroline Lamarche, éditée chez Gallimard dans la blanche, chez Minuit… et habituée des ateliers d’écriture)
  • des explorations de la nature qui comprennent un temps de travail intuitif avec l’écriture-le dessin
  • des explorations queer qui comprennent un temps de travail intuitif avec l’écriture-le dessin

N’hésitez pas à proposer d’autres formules, j’adore adapter mon travail 🙂

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :