L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Et si on se connait? Prend-on un.e ami.e, pote, connaissance, collègue, cousin.e, voisin.e, partenaire, élève, professeur.e… en séance?

De nombreux clients sont des personnes de mon entourage ou amis d’amis ou amis FB, en tout cas de milieux dont je fais partie (art contemporain, musique expérimentale, arts de la scène, écoféminisme, éthologie, hypnose, etc).

Ce n’est pas un souci.

En effet, je respecte le secret professionnel et autres codes déontologiques, j’ai un positionnement particulier en séance, inscrit dans un cadre clair et amovible (le temps de la séance est séparé du temps de vernissage, concert, danse, balade, cours, conférences…) et je pratique l’hypnose éricksonienne (pratique très éloignée de la psychanalyse), dans laquelle le transfert/contre-transfert n’est pas un levier principal (heureusement car nous nous arrêtons très souvent avant 10 séances et non après 1000).

***

CONDITIONS

La condition première est que je ne fasse pas partie du problème, pour ne pas être impactée personnellement, ce qui pourrait rendre compliqué mon positionnement neutre. Par exemple, je ne pourrais accompagner mon frère sur un travail abordant la famille, car cela risquerait de m’énerver ou de m’attrister ou de me surprendre ou de me remplir d’une joie immense au point d’ébranler mon positionnement d’accompagnante. Idem avec l’accompagnement d’une personne désirant travailler sur le deuil de quelqu’un que je connaissais bien. Etc.

La seconde condition est que la personne qui me demande un accompagnement ne soit pas dans la dépendance affective et aussi qu’elle puisse faire la part des choses entre les temps d’accompagnements et le reste du temps, lorsque l’on est amené.e.s à se croiser ou à se côtoyer (en gros: je peux parler d’hypnose mais je ne bosse pas sur un cas particulier quand je vais voir une pièce de théâtre ou une expo ou un site naturel ou une amie…).

Si ces deux conditions sont remplies, bienvenue 🙂

timiditebuenosaires
La timidité des cimes (à Buenos Aires)

***

SECRET PROFESSIONNEL

Je suis soumise au secret professionnel et j’y suis très attentive.

Si l’on se voit dans d’autres circonstances que votre séance, vous êtes libre de parler d’hypnose ou de ne pas aborder le sujet. Moi, je suis bouche cousue sur votre cheminement, sauf si vous-même m’invitez à en parler.

A chacun le choix de son intimité.

***

POSITIONNEMENT

Quand je vous accompagne en séance, Marie en tant que personne qui a des avis (parfois tranchés 😉 ) sur le monde disparait.

Je me sépare, le temps de la séance, de mes choix, de mes envies, de mes préoccupations, de mes révoltes, de mes croyances en tant que personne pour être entièrement dans votre monde, en immersion, dans l’accueil de vos représentations. C’est cela qui fait la qualité primordiale d’un hypno car c’est l’un de nos outils de travail principaux!

***

CADRE

Le cadre (temps – lieu – rituel) est important pour bien séparer le voyage des autres moments où nous sommes ensemble, si nous sommes amenés à nous côtoyer.

Sans cela, comme j’échange des séance avec des collègues et que je reçois des personnes faisant partie de ma sociabilité, je me verrais forcée de rester en position d’accompagnante sans arrêt, même hors séance (car l’inverse est absurde: donner une séance en tant que personne qui croit à ses propres vérités est impensable).

***

USAGE

Enfin, nous sommes nombreux à nous échanger des séances entre hypnos et à recevoir les membres de notre entourage.

L’hypnose éricksonienne demande un positionnement particulier du /de la praticien.ne. Mais, contrairement à la psychanalyse, elle ne demande pas à ce que la personne de l’accompagnant reste une surface de projection dans la vie en dehors des séances.

Le truc de « on se connait donc je ne peux pas » n’est donc pas d’usage dans l’hypnose éricksonienne. A chaque praticien de placer son cadre, selon son champ socio-culturel, ses croyances et ses pratiques.

***

Bienvenue en séance!

Marie Lisel

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :