L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Espace transitionnel

Hubert Duprat, Slip of the Tongue

L’espace transitionnel

L’espace transitionnel peut être un objet, une image, un lieu, une odeur, un son… qui devient une partie de moi hors de moi par la projection de mon monde intérieur. Il me permet dès lors de transformer mes émotions, sensations, actions et autres réactions.

Comme l’imaginal se situe entre le réel sensible (monde que je perçois avec mes sens) et le réel conceptuel (monde des idées), l’objet transitionnel est une aire entre le monde extérieur (perçu par différentes personnes, « objectivement ») et le monde intérieur (conçu subjectivement).

Un exemple? Quand j’étais adolescente, Billy, le chien de ma mère, a ramené de la forêt un bois de daguet (tombé quand il change de ramure). Ce cadeau est resté dans les tiroirs de la maison familiale pendant pas mal d’années… jusqu’à ce que mon imaginal le reconnaisse et lui donne le statut d’objet transitionnel. Depuis, il m’accompagne en atelier et performance et me permet de trouver mon positionnement juste, instantanément, quel que soit l’état dans lequel je me trouve avant. Il est en quelque sorte un « doudou de voyage dans l’imaginal en tant qu’accompagnante d’un groupe », formé à la fois d’un objet choisi-trouvé et de ma projection-création. Il ne m’est pas indispensable mais c’est un « raccourci » pratique et rassurant pour attiser ce que je me représente comme le pouvoir du cerf.

Capture d_écran 2018-10-02 à 23.21.36
Daguet (jeune cerf)

Autre exemple, d’un lieu cette fois: un rocher plat dans la rivière, toujours au coeur de la forêt, constitue lui aussi un espace transitionnel. C’est un endroit où je vais me (dé)poser quelques heures pour trouver de la clairvoyance après avoir laissé partir ce qui a besoin de descendre avec le courant. J’y trouve finalement la paix et reconstitue mon axe vertical. A nouveau, il ne m’est pas indispensable mais je sais qu’à cet endroit un processus bienfaisant se met en place automatiquement à l’intérieur de moi.

Je travaille également grâce à une odeur, au chant partagé avec une amie qui me ramène, seule, à nos états particuliers d’expérimentation, à une phrase psalmodiée… et je change selon mes découvertes et mes intentions, non seulement pour ouvrir ma palette, mais aussi pour ne pas devenir dépendante d’un élément extérieur dans mon alignement.

Lors des séances individuelles, à chacun.e ses choix d’objets et phénomènes choisis-trouvés qui rassemblent le dehors partagé et l’intérieur imaginé, pour créer un état particulier (nettoyage, clairvoyance, tranquillité, énergie, focus, créativité, ouverture, douceur, confiance, joie…).

Lors d’un stage, la construction collective d’un espace transitionnel est aussi un outil que je mets souvent en place pour que chacun.e trouve progressivement sa place en soi, en relation avec les autres et au coeur de la nature, du monde.

Capture d_écran 2017-10-29 à 20.18.16
Construction collective à partir d’objets transitionnels, stage 2017

L’objet transitionnel: une aire intermédiaire d’expérience

Pour tenter d’expliquer ce phénomène, partons de ce que Winnicott a mis en lumière, dans Les objets transitionnels, 1969.

Winnicott a soulevé l’importance du doudou, une petite chose que l’enfant transporte avec lui et qui apporte une réassurance. C’est la première « non-moi possession » (ce n’est pas moi mais c’est à moi et ça fait partie de moi, comme un moi détachable). L’objet est fourni par l’extérieur (peluche, drap) mais c’est l’enfant qui le crée par son empreinte (odeur, notamment). En outre, le nom est créé par l’enfant en déformant le mot des parents. Voici donc l’objet « trouvé-créé » de la petite enfance.

Dès la naissance, l’être humain est en butte à la question de la relation entre perception objective basée sur l’épreuve de réalité et créativité. Les objets et phénomènes transitionnels (que nous regroupons sous le terme « espace ») forment une aire intermédiaire d’expérience où la réalité intérieure et la vie extérieure contribuent l’une et l’autre au vécu de l’individu. Autrement dit, dans cette aire, je fais l’expérience d’une réalité qui se situe entre ce qui existe en dehors de moi et ce qui existe en moi. L’équilibre psychique consiste à maintenir la réalité intérieure et la réalité extérieure à la fois distinctes et reliées l’une à l’autre.

La mise en rapport de la réalité intérieure et de la réalité extérieure occasionne des tensions au quotidien, qui sont relâchées dans les aires intermédiaires d’expérience, comme l’art, la religion, le jeu inventé et… les espaces transitionnel de travail hypnotique, chamanique et autres moyens de transformation de la subjectivité.

Capture d_écran 2018-10-02 à 22.47.41
Annette Messager, Les Restes (1998)

L’objet transitionnel des adultes

Les théories de Winnicott ont en effet été prolongées dans des études sur le jeu en tant qu’invention (par opposition au « jeu de société » dont on apprend les règles), le fétichisme, le sentiment religieux, le goût des arts, les rites obsessionnels, etc. (on peut aussi mélanger tout cela).

En psychanalyse, n’importe quel objet peut servir d’objet transitionnel. Winnicott parle des anneaux de rideaux comptés par une patiente. Dans mon expérience personnelle, cela s’est cristallisé autour d’un poème « Les seins acryliques » que j’ai écrit en ôde au tableau que je voyais depuis le divan, à la fin d’une tranche de 7 années (notons que le premier objet non-moi est le sein, organe du maternage, du désir de nourrir… bref !).

En religion, on se rassemble pour former un groupe sur base de l’analogie des expériences illusoires. Les objets transitionnels utilisés pour cela sont reconnus par le groupe entier (comme la valeur tranquillisante du doudou est reconnue par les parents). Il ne s’agit pas que de symboles. L’hostie des catholiques n’est pas qu’un rappel du corps du Christ.

Capture d_écran 2018-10-02 à 22.50.23
Cocktail ou autoportrait en société Dimention variable – 2009 Courtesy Transit Gallery (BE) & Mehdi-Georges Lahlou

En dehors des religions et pratiques spirituelles, si un adulte exige des autres qu’ils admettent comme objectifs ses phénomènes subjectifs (donc partager une illusion qui n’est pas la leur), la société y voit un signe de folie, qui peut déclencher une procédure d’enfermement.

Si un adulte trouve du plaisir dans son aire intermédiaire sans exigence pour les autres, il se rassemblera avec des pairs qui ont des aires avec des points communs (comme l’art, la religion, le fétichisme…) ou développera son univers propre.

En néo-chamanisme autour d’un.e guide s’énonçant comme tel.le, l’objet transitionnel est créé de façon singulière, tout en étant choisi selon des règles communes, selon un code tiré de syncrétismes entre des pratiques ancestrales (pierres, plumes, poils, griffes, peau, dents, bâton, plante odorante, pendule, directions…). J’ai ainsi construit autel, roue de médecine, ongod… au cours d’un parcours initiatique, selon des consignes à la fois précises et laissant de la place à ma créativité.

L’objet transitionnel est utilisé dans bien des thérapies, sous la forme de jeu, de figurine, de construction, de rituel… en individuel et en collectif.

Capture d_écran 2018-10-02 à 22.53.49
Charlemagne Palestine (expo à BoZar)

L’espace transitionnelle dans mon travail hypnotique

Dans le travail (auto-)hypnotique tout terrain que je propose (en cabinet, dans les bois, avec les chevaux, sur le plateau, dans l’eau, chez vous, sur votre lieu de travail…), l’espace transitionnel est un outil « magique » que chacun.e trouve et crée selon son monde et son intention et/ou que le groupe construit ensemble au fur et à mesure des traversées.

Les (parties d’)objets transitionnels sont la plupart du temps offert(e)s par la nature, par la rue, la brocante, le grenier, les coulisses, le hasard. Dans mon accompagnement, je ne suis attachée qu’aux règles de la bienveillance envers soi, l’autre et le monde (par exemple, enterrer un objet en plastique ne respecte pas la nature). A part cela, ce sont les processus intérieurs qui en dictent la construction et l’utilisation.

Le rituel personnel (son, chant, phrase, mouvement, action, respiration…), l’objet trouvé-créé, les éléments (l’eau, le vent, le soleil, la terre), le végétal et même l’animal (qui peut faire partie de l’aire transitionnelle même s’il n’est pas que cela!) peuvent être d’une aide considérable, dans les processus de transformation de la subjectivité de l’individu.

Rebecca_Horn_1
Rebecca Horn

Evidemment, comme bien des éléments utilisés volontairement pour transformer la subjectivité, l’espace transitionnel existe naturellement dans le quotidien. Evoquons en vrac le sacro-saint doudou de l’enfant au pouvoir apaisant, les boots fétish qui transforment en reine de la soirée, le vieux pull qui fait tant de bien que l’on a du mal à le jeter malgré son état catastrophique, l’hostie, le téléphone portable, le lit, l’alliance, la baignoire…

La différence ? La clairvoyance, le choix, le cap! Car la construction de l’espace transitionnel est au service du changement vers l’intention, que ce soit un mieux-être, une expérimentation ou une création.

Un cas concret? « L’imaginal de ma Soeur »

Dans l’article L’imaginal de ma soeur vous pouvez lire l’analyse d’un exemple concret de la relation à objet transitionnel. Car l’objet n’est pas transitionnel en soi. C’est l’utilisation que l’on en fait qui lui fait accéder à cette aire intermédiaire entre le monde extérieur et le monde intérieur.

J’ajoute dès à présent que cette qualification d’ « objet/espace transitionnel » propose une grille de lecture compatible avec d’autres grilles de croyances. L’article l’illustre avec l’approche de « ce en quoi je crois » face à la statue de la Vierge ramenée des Marolles (vieux quartier de Bruxelles). Pour être plus claire, quand je m’adresse au chêne pour récupérer de l’énergie et que des glands tombent à mes pieds, je n’ai pas besoin de décider si l’arbre en tant qu’être vivant sensible m’aide de lui-même ou si c’est « seulement » mon espace transitionnel qui l’englobe. Les croyances, des plus rationnelles aux plus ésotériques, peuvent coexister avec la notion d’espace transitionnel, sans rien trancher ni figer. Parce que, finalement… ce ne sont que des représentations, comme cet article, comme tous les systèmes de pensée. La question reste – en ce qui me concerne : cette représentation est-elle favorable ici et maintenant à ce qui est bon pour moi, pour l’autre, pour le monde? « Bon » étant en soi une représentation subjective façonnée selon mes valeurs… eh oui, c’est reparti!

Capture d_écran 2018-10-02 à 22.59.15
Orlan

Pour les autres outils, voyez la page « Tous les outils« .

© Marie Lisel

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :