L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Le rituel d’impulsion

Rituel d’impulsion

Le rituel pourrait se définir comme une mise en scène qui favorise la puissance des suggestions pour une transformation positive. Il s’invente librement, en groupe ou en en solitaire.

Ici, je propose ma version singulière du cérémonial de transformation individuel, ce que j’appelle le « rituel d’impulsion« .

Pas d’étude historique, anthropologique, psychiatrique, psychanalytique, psychologique ou autre ic. A chacun.e son métier. Je ne suis qu’une exploratrice et accompagnatrice de rêves. Et j’invente… car créer est mon métier.

Pour une découverte ludique, découvrez le RITUTOEL ici

Capture d’écran 2020-04-04 à 21.41.47
Ritutoel 1: liquidation!

Rituel / Rite / Ritualité pathologique

Le rituel d’impulsion se distingue d’autres rituels que je pratique par son aspect individuel ( contrairement aux rituels écoféministes de groupe), par le fait qu’il vise à une transformation de soi-même (et non à un soutien à un proche, à l’accompagnement à d’un défunt, à la connexion avec quelqu’un d’autre, à la transformation du monde…) et par la liberté dans sa création. Ca n’empêche pas de le pratiquer côte à côte en suivant un tuto, chacun.e dans son rituel de transformation de soi, notamment avec des enfants.

Le rituel d’impulsion se distingue du cérémonial symbolique du rite par son côté individuel et par sa liberté d’autocréation. Car le rite s’inscrit dans une communauté et s’accomplit conformément à des règles préétablies. Son déroulement est formalisé, standardisé, codifié, répétitif, rigide. Par le rite, les fidèles reconnaissent leur adhésion intérieure au corps social.

Le rituel d’impulsion se distingue de la ritualité pathologique par son aspect constructif (transformation positive) et non problématique (générateur de souffrance)

Capture d’écran 2020-05-14 à 15.01.39
Marina Abramovic

Interface

Comme le rêve éveillé, le rituel d’impulsion est une interface entre le symbolique et ce que l’on s’accorde généralement à appeler réel. Il permet d’articuler symboliquement des représentations, de multiplier les perceptions qui leurs sont relatives et de transformer notre subjectivité, c’est-à-dire notre façon de concevoir et de ressentir le monde, les autres et soi-même.

Dans les pages consacrées, j’explique comment l’espace transitionnel peut être un objet, une image, un lieu, une odeur, un son… qui devient une partie de moi hors de moi par la projection de mon monde intérieur.

Le rituel d’impulsion inclut les outils de l’espace transitionnel au sein d’une ou plusieurs action(s) concrètes. Dans la représentation que je vous propose ici, il inclut les actions, les gestes, les danses, les paroles, les chants, les objets, les ambiances, costumes, sons, odeurs,… ressentis comme transitionnels.

IMG_1320

 

Pourquoi? Quand? Comment?

Pourquoi je l’utilise pour moi-même?

Qu’il soit complexe et foisonnant ou discret et minimaliste, le rituel d’impulsion me permet de me transformer (devenir « moi en mieux » selon mon intention), en jouant sur mes émotions, sensations, actions et autres réactions, autant dans ma vie personnelle que dans mon positionnement d’accompagnante. Plus de joie, de légèreté, d’ancrage, de tranquillité, de liberté, d’ouverture à l’autre, de présence au monde, de focus, d’éveil, d’alignement, de force, de laisser-faire, d’ancrage, de douceur, de fluidité…

Pourquoi je l’utilise en tant qu’accompagnante?

Le rituel d’impulsion est complémentaire au REAH et à l’hypnose. Il participe à la propagation de la transformation au champ du dehors, quand l’accompagné.e est sans l’accompagnant.e, seul.e, dans son quotidien. Ou permet à chacun.e de « traverser », en groupe.

Je l’apprécie également car il augmente l’autonomie de mes accompagné.e.s de séances. Ce sont leurs dividu.e.s qui le prescrivent en négociation avec « ce qui dit je », puis les accompagné.e.s qui le préparent et le traversent, sans l’accompagnant.e. Et puis, souvent, d’autres rituels simples viennent s’inscrire dans leur quotidien. L’outil s’adapte et s’intègre en toute simplicité.

Pourquoi je le propose en dehors des accompagnements individuels?

C’est un moyen simple de changer un élément complexe sans passer par une case de suivi individuel. Par exemple: comment évacuer une bonne partie du stress composé de plein de peurs et angoisses de confinement différentes? Par un acte symbolique 🙂

Quand j’ai cherché des moyens de donner des coups de pouce de confinement autour de moi, le REAH, l’hypnose, l’écoute neutre et le rituel d’impulsion m’ont semblé complémentaires. C’est parti!

69362786_2495941637300692_1377434473259335680_o
Rituel d’impulsion personnel dans la nature. Rocher et envol.

Le rituel comme acte psycho-magique

Le rituel d’impulsion fait partie des techniques psycho-magiques.

Comme le rêve éveillé, le rituel fait partie des pratiques de tous temps et de tous lieux, pratiques que nos cultures qui se veulent rationnelles ont évacuées de leur champ dominant et qui se sont réfugiées dans le secret des marges (je pense notamment aux sorcières contemporaines et pas que).

Robert Desoille et Alejandro Jodorowsky les ont respectivement adaptées à nos sociétés occidentales modernes et ont favorisé l’émergence de thérapies par le rêve éveillé / par les acte psycho-magiques, reconnues par les institutions. Leur travail a permis le développement de nombreuses méthodes diverses et variées. En outre, grâce à aux films, livres et interventions spectaculaires de Jodorowsky, les techniques psycho-magiques individuelles commencent être connues et donc à être mieux accueillies en cabinet.

D’une autre façon, Starhawk et son mouvement écoféministe a développé le rituel de groupe des années 70′ à aujourd’hui. La culture universitaire n’a souvent pas connaissance des mouvements alternatifs avant qu’ils prennent de l’ampleur.

Le rituel a eu toujours sa place dans le soin et la connexion, y compris au 20ème siècle. Simplement, ça s’est fait dans les marges et non dans les universités et mass médias. Idem pour le rêve éveillé, il n’a pas disparu de nos société mais s’est glissé dans les interstices. Ne pas confondre précurseur.se et précurseur universitaire (toujours au masculin, d’ailleurs).

Le REAH et le Rituel d’impulsion entretiennent donc des points communs et des points divergents avec les différentes méthodes de rêve éveillé et de psycho-magie.

Un exemple de principe identique : il s’agit de (faire) vivre une expérience de façon concrète, en posant un acte symbolique, en fonction d’une intention pour enclencher une transformation. Le langage symbolique permet le dialogue avec nos parties profondes, que certain.e.s continuent à nommer « inconscient » (or, pas mal de ces parties deviennent conscientes, c’est-à-dire que je peux en faire le récit et entrer en contact direct avec elles, par le voyage onirique, notamment).

Je termine par des exemples de principes différents de la méthode d’Alexandro Jodorowsky (rituel individuel de transformation de soi).

« Dans l’arbre généalogique et dans le thème astrologique il y a des endroits traumatisés, non digérés, qui cherchent indéfiniment à se soulager. De ces endroits sont lancés des flèches vers les générations futures. Ce qui n’a pas pu être résolu devra être répété et atteindre quelqu’un d’autre, une cible située une ou plusieurs générations plus loin. » Au lieu d’éviter la flèche, J. propose de lui fabriquer une fausse cible symbolique, de façon à résoudre des problèmes intergénérationnels. Pour ma part, je ne travaille que dans l’ici et maintenant. Que le problème soit intergénérationnel ou non n’est pas important. Dès lors, les croyances utilisées pour le process et les représentations de résolutions divergent.

D’autre part, je ne pratique pas les prescriptions d’actes psycho-magiques de fin de séance à la manière de Jodorowsky.

Tout d’abord, mon engagement queer et féministe aurait du mal à adhérer à ses prescriptions sans s’étouffer.

Deuxièmement, je ne pratique pas le tarot mais le rêve et la prescription arrive très différemment.

Troisièmement, je revendique la liberté de l’accompagné.e et la position basse ainsi que l’adaptation fluide de l’accompagnant.e.

Quatrièmement, je fais le choix (subjectif) de travailler dans l’accueil et l’amour de tout ce qui nous constitue, autant en rêve éveillé qu’en rituel. J’évite dès lors que la violence ou le trash s’inscrive dans les prescriptions (sauf exception, si besoin non résolu autrement et volonté répétée de l’accompagné.e).

Je dois relire Jodo pour le cinquièmement et la suite. Work in progress.

L’expérience que j’ai eue de sa descendance a été très instructive techniquement et conceptuellement. Je ne regrette rien et je continuerai à explorer avec des praticien.ne.s de sa méthode. Mais bon… question prescription, pour le moment, c’est pas ma tasse de thé.

En séance, j’ai absolument bloqué sur la rigidité des projections érigées en vérités et sur les prescriptions d’actes psycho-magiques figées (plus ou moins celles de ses livres) que j’ai vécues dans différentes séances (pas toutes), que ce soit en individuel ou en groupe. Aussi bien le positionnement de l’accompagnant.e que le contenu de l’acte lui-même m’ont semblé inadaptés à mon fonctionnement de licorne zébrée. J’ai donc refusé 1. de parcourir les Champs Elysées en tenue « masculine » (de la Concorde à l’Arc) et de revenir en tenue hyper féminine (de l’Arc à la Concorde) 2. de me mettre une pièce d’or dans le cul 3. de faire l’amour avec un mec qui aurait la photo de mon père sur la figure et son sweat-shirt sur le dos 4. de faire des trucs chelous (et décidés par un mec) qui me semblent à côté de la plaque avec le sang de mes règles.

Voilà… bref, j’ai testé et fait le tri de ce qui me convient ou pas en tant que sujet et en tant qu’accompagnante. Comme j’ai fait le tri en néo-chamanisme, en hypnose, en thérapies courtes diverses, en jeux de gosses aussi (ils s’y connaissent en symbolisation!) et en fonds de cultures alternatives que je ne détaillerai pas ici.

marche-de-30-km
Image: http://www.mehdigeorgeslahlou.com

Et en groupe, ça fonctionne aussi?

Cette page est dédiée aux rituels d’impulsion individuels avec une intention tournée vers soi-même.

Pour des explications sur les rituels de groupes avec des intentions de transformation du monde, je conseille deux pistes: les cérémonies néopaïennes  menées par Starhawk et les rituels de désorceler la finance.

Capture d’écran 2020-05-27 à 10.22.42
Désorceler la finance: quand une banquière balaye le système

Le rituel comme prescription de tâche en fin de séance

A la fin d’une séance d’hypnose ou de REAH (et parfois aussi en plein milieu), je demande aux dividus (représentations rencontrées dans le rêve sous forme humaine, animale, végétale, énergétique ou autre) ce qu’il serait bon pour mon accompagné.e de réaliser concrètement, dans les jours qui viennent. Après discussions d’équipe, entre « ce qui dit je » et les dividus, et parfois longue négociation que je facilite, cela devient une prescription de tâche.

Les réponses sont parfois tranquilles: faire du sport, danser, appeler ma tante pour lui demander pardon, brûler les lettres que j’ai gardées de cette personne que je désire mettre loin de moi, revoir mon arbre favori et l’enlacer, masser mon ventre avec de l’huile essentielle de mandarine en lui faisant des compliments, chanter dans la rue…

Ou bien épiques! Je me souviens par exemple d’un animal réclamant un poulet entier mangé en une fois avec les doigts. De la confection d’un gâteau coloré avec des ingrédients précis à proposer aux voisinage. D’un couteau demandant à être pointé au soleil en criant. D’une chanson quotidienne à tue-tête (Balou « Il en faut peu… »). (j’en ajouterai d’autres prochainement, là, ma mémoire flanche).

Lorsque les dividus n’ont pas de revendications, je propose et iels disposent. Toujours, la prescription est négociable et demande une adhésion de ce qui dit « Je » et des parties concernées.

A la séance suivante, nous parlons des (non) réalisations des tâches. Je ne suis pas un juge. Encore moins un flic avec des sanctions. J’occupe une place de témoin et de conciliatrice tranquille s’il y en a besoin. Point. L’accord n’est pas pris avec moi mais entre parties. C’est une différence avec de nombreuses méthodes de prescription de tâches, où le contrat se passe avec les praticien.ne.s.

Parfois, la situation est comique tout en restant sérieuse… je me souviendrai longtemps de cet accompagné venu en séance avec, dans un sac à dos, l’énorme débris de béton que son intuition avait choisi et dont il n’était pas encore parvenu à se séparer, après l’avoir trimbalé pendant une semaine pour le charger en sentant bien son poids…

dig

Le rituel inséré dans le quotidien

Le rituel d’impulsion dans sa forme la plus simple peut être proposé sans état de conscience modifié, à la suite d’une conversation téléphonique ou de la lecture de cet article ou du podcast de radio Campus Bruxelles.

C’est un moyen facile à mettre en oeuvre pour lâcher des émotions encombrantes ou se régénérer.

82603674_2629662770595244_3546749873816600576_n

Le rituel d’impulsion est écologique et respectueux de tout environnement

Pour moi, le rituel est lié à la nature, à l’intuition, à la connexion au monde. Prenez soin des autres, de la nature, du monde quand vous préparez votre rituel d’impulsion! J’insiste sur :

  • Nature: rien n’est enlevé au vivant. Pas de poil d’animal coupé ni de fleur arrachée à sa terre ni de branche tranchée vive. Organisez-vous avec ce qui est disponible. Si vous cueillez, faites-le en conscience et en accord avec la nature.
  • Autres objets: chinez, ramassez, n’achetez pas du neuf, participez au soin de la planète
  • Du biodégradable
  • Du respect de tout être vivant et des éléments.
  • De l’imagination 🙂

Capture d_écran 2018-02-22 à 21.29.46

Alors comment on fait?

SEANCE: Le rituel d’impulsion en tant que prescription de tâche en prolongation d’une séance de REAH ou d’hypnose: séance en visio avec Jitsi ou skype.

CONVERSATION: Le rituel d’impulsion imaginé au cours d’une conversation, selon votre intention et vos actes quotidiens: j’offre des conversations de 20 minutes environ aux personnes qui en ont besoin durant le confinement.

AUTOPRESCRIPTION: Le rituel d’impulsion auto-imaginé en lisant une description dans cet article ou la page des témoignages. Cette page, je la commence par un appel à témoignage de rituels d’impulsion! A vos claviers…

AUDIOGUIDE RADIOPHONIQUE: Le rituel d’impulsion guidé sur radio Campus Bruxelles, disponible en direct et en podcast sur le site de Radio Campus.

FORMATION: Pour les accompagnant.e.s, le rituel d’impulsion fait partie du niveau 2 de ma formation REAH (qui comprend des outils complémentaires comme le rituel d’impulsion, les objets transitionnels, le chant et le mouvement spontané, la connexion profonde et la constellation).

Le principe, en séance, est de les laisser s’inventer sur mesure, en complicité avec les dividu.e.s, qui sont les représentations concrètes de parties intérieures qui prennent vie de façon autonome… comme le lapin blanc d’Alice.

Mais la customisation d’un classique ou d’un modèle glané fonctionne aussi.

Laissez libre cours à votre imagination… et écoutez sur Radio Campus Bruxelles le Ritutoel, où je donne des tutos de rituels avec Emilie Patate au sons.

Je vous souhaite de belles transformations.

IMG_1312

%d blogueurs aiment cette page :