L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Les techniques de « rêve éveillé »

Oumm Laarayes 2015 ©Zied ben Romdhane

Mes séances se basent sur l’hypnose, telle que l’ont transmise Milton H. Erickson et aussi François Roustang. J’y ajoute d’autres outils, notamment le rêve éveillé, qui donne des voyages, mais aussi des résultats incroyables 🙂

Je pratique le RED classique, selon la méthode de Robert Desoille, uniquement en atelier de recherche (aux séances d’Hypnologie, nous sommes un groupe à expérimenter les techniques anciennes).

En séance individuelle ou de groupe, je mêle le RED à l’hypnose. Mon travail personnel en REAH (rêve éveillé amplifié/augmenté par l’hypnose) utilise donc les notions d’imaginal, d’imagination active et pas mal de points soulevés par Robert Desoille et Henri Corbin, tout en libérant le RED de ses obligations (je prends des libertés) et en lui ajoutant des techniques hypnotiques et parfois aussi différents outils, d’horizons divers.

Capture d’écran 2018-03-11 à 19.27.49.png

RED

Rêve éveillé dirigé (RED), selon Robert Desoille

La technique de Robert Desoille est relativement simple : « Le sujet est invité à faire une rêverie. Pour faciliter celle-ci, il est bon de soustraire le patient à tout effort musculaire ainsi qu’à toute excitation lumineuse et sonore. La position horizontale, dans une pièce semi-obscure et loin du bruit, sera donc meilleure. Le sujet allongé se met en état de relaxation et ferme les yeux pour créer un scénario imaginaire dont il est lui-même le héros principal (ou unique). Le thérapeute intervient parfois pour faire préciser une partie de l’espace imaginaire ou une bifurcation possible du scénario.»

Pour aller plus loin:

RED de R. Desoille, synthèse de Wikipedia

Robert DesoilleExploration de l’affectivité subconsciente par la méthode du Rêve Éveillé (1938), Le Rêve Éveillé en psychothérapie (1945), Théorie et Pratique du Rêve Éveillé Dirigé (1961)

Mercier Elisabeth, Le rêve éveillé dirigé revisité, L’Harmattan, coll. « Psycholo-giques », 

Les Amis de Corbin (pour la théorie de l’imaginal)

Vidéos d’hypnologie sur l’Imaginal: 6ème cours en 2 parties

Tel qu’on pratique le RED à Hypnologie, l’idée c’est de ne surtout pas influencer ni interpréter le rêve. L’accompagné.e vit son parcours selon une proposition de départ (un synopsis en étapes simples). Selon R Desoille, par exemple, 1: une prairie / 2: trouver la rivière / 3: la suivre en amont pour trouver la source / 4: entrer dans une cavité et descendre / …

C’est aussi jouable en poursuivant la lecture que Cyrille Champagne nous fait d’Alice au pays des merveilles, de Lewis Caroll, dont les chapitres ressemblent étrangement aux habituels du RED. Par exemple: « 1: trouver l’accès et descendre / 2: dans le monde du bas, il y a une salle, avec une ou des portes fermées. / 3: Le moyen de passer de l’autre côté est dans la pièce. / 4: Et de l’autre côté…).

L’accompagné.e vit ses insights et recadrages et l’accompagnant.e accueille.

12729305_193641354325068_95855344301063378_n

Méthodes dérivées ou proches du RED

REL: rêve éveillé libre

Pdf en ligne de l’INRES, « Le rêve éveillé libre« , par Frédérique Van Her

Exemple de technique de REL: REL de l’Adrel : école de Georges Romey. Livres: Romey Georges, Rêver pour renaître, R. Laffont, coll. « Réponses », Romey Georges, Le rêve-éveillé libre, Albin Michel, Romey Georges, Un escalier vers le ciel, Médicis, 

Interview de Georges Romey en 2017, sur You Tube (1h08)

En REL de l’Adrel, le thérapeute décode les symboles (selon une grille extérieure au sujet). Ce qui est totalement inapproprié dans une démarche de RED ou dans une démarche hypnotique, dans laquelle l’accompagné.e seul.e peut comprendre la symbolique de ses représentations singulières, même si iel est baigné.e dans ce que l’on peut nommer « l’inconscient collectif ». Les théories du REL divergent: certains rêves  seraient gâchés par une interprétation, alors que d’autres auraient besoin de se clarifier pour que le rêveur fasse « jouer »ses images avec sa problématique.

En REL de l’Adrel, le thérapeute prévoit environ 20-25 séances, ce qui est bien plus que la moyenne des accompagnements en hypnose (pour moi, entre 2 et 10 séances).

On peut s’en servir comme on ferait un genre de tour de manège (recherche expérientielle) ou bien avec un objectif… De toute façon, comme en RED ou en REAH, les parties profondes se débrouillent pour mettre en scène ce dont la rêveuse/le rêveur a besoin.

Je ne pratique pas le REL tel qu’il est enseigné par l’Adrel.

17389034_1958869874341207_9001568752444290210_o
Le « Gros chêne franco-belge », arbre de mon enfance ardennaise

AiRE, Psychothérapie AIRE (analyse integrative en rêve éveillé)

AMPR, Méthode AMPR®, Activation Métaphorique des Processus Régénératifs

GIREP: Groupe International du Rêve Éveillé en Psychanalyse (G.I.R.E.P.) à partir des années 1970 :

  • Textes et travaux de Robert Desoille réunis par Nicole Fabre, recherches :
    • Desoille Robert, Le rêve-éveillé-dirigé : ces étranges chemins de l’imaginaire. Textes réunis par Nicole Fabre, Erès, 
    • Desoille Robert, Marie Clotilde, une psychothérapie par le rêve éveillé, Payot,
  • Nicole Fabre et Gilbert Maurey,
    • Fabre Nicole & Maurey Gilbert, Le rêve-éveillé analytique, Privat, 
  • Nicole Fabre,
    • Fabre Nicole, Avant l’Œdipe, Rêve-éveillé-dirigé et fantasmes archaïques, Masson,  
    • Fabre Nicole, Deux imaginaires pour une cure, Bayard,  
    • Fabre Nicole, Au miroir des rêves, Desclée de Brouwer,  
    • Fabre Nicole, Aux origines du rêve…, L’Esprit du Temps, 
  • Launay Jacques, Levine Jacques & Maurey Gilbert, Le rêve-éveillé-dirigé et l’inconscient, Dessart-Mardaga, 
  • Dufour Roger, Ecouter le rêve, R. Laffont,  

Descamps Marc-Alain, Le Rêve-Éveillé, Bernet-Danilo, coll. Essentialis, 1999

Guerdon David, Le rêve éveillé initiation pratique, Oniros, 1993Guerdon David, Clés pour l’interprétation, Oniros, 1999

Rêve chamanique

Le voyage néochamanisme européen (au tambour, en Europe), utilise également le rêve éveillé.

Le chamanisme natif va plus loin. « Le rêver » est un enseignement à part entière.

Ces pratiques m’ont permis d’élargir mon expérience et donc de jouer plus finement avec le rêve éveillé car les trucs et astuces d’une baroudeuse des rêves et des transes sont bien utiles. D’autre part, les concepts de ces pratiques peuvent être entendus de différentes façons et à différents niveaux. Ils enrichissent les représentations. Et donc les possibles.

A partir du moment où l’on ne s’enferme pas dans des croyances limitantes ou carrément dans la gouroutisation (en chamanisme, j’en ai rencontré), le tout est de vivre des expériences, d’intégrer des patterns, de nourrir l’imaginaire pour créer son monde, y voyager, y apporter les insights et transformations utiles aux mouvements.

20110506_093344

Ce que je pratique en séance: REAH

REAH 🦌: idiosyncrasie composée des techniques de rêve éveillé classiques, augmentées/amplifiées par l’hypnose et autres outils (REAH est une appellation que j’utilise personnellement).

La méthode de Robert Desoille est une base que j’aménage et à laquelle je mêle des techniques hypnotiques, mais aussi des représentations traditionnelles européennes ou chamaniques ou énergétiques ou de démarche artistique ou d’éthologie, des technique vocales, des odeurs, des objets transitionnels, de la médiation par la nature… différemment selon les contextes, les intentions, les personnes accompagnées.

Je transmets les outils à l’accompagné.e pour faire ce qu’il y a à faire dans son imaginal. Souvent, je me présente par comme une boite à outil humaine (monitrice technique équipée). Nous allons parcourir ensemble le paysage des patterns et représentations, comme avec un.e guide de haute montagne avec ses cordes pour passages difficiles, ses piolets, sa connaissance de la montagne (mais pas de celle-la en particulier car je ne sais rien de ce paysage, j’ai juste les moyens que l’on s’y promène en toute sécurité et que l’on parte en quête) et des façons de poser les pieds sur tel ou tel terrain, de la météo et de l’observation de la faune et de la flore… et aussi la tranquillité, la fluidité, l’humour qui permet de s’amuser, d’être à l’aise dans l’aventure, de ne pas paniquer, de se dépasser, de traverser (oh, chouette, un monstre, comment est-il? Bonjour! Faites-lui bon accueil).
Je découvre ce paysage avec mon accompagné.e et je me contente de poser des questions et de donner des consignes d’observation plurisensorielle (y compris du corps en même temps que de l’imaginal: que dit le coeur? faut-il traverser en l’état ou réparer ou finir de briser ou laisser ce pont de singe ou…? allez donc demander au coeur en revenant dans le corps et revenez ici après), des réponses techniques en rappelant si c’est le cas l’outil déjà utilisé qui peut être bricolé, ajusté. (« Comment faire pour… »? Voyons l’outil ensemble et intégrez-le en le façonnant à votre manière. » Que faire? » -> Voyons ensemble les possibles. « Je ne peux pas… » -> de quoi avez-vous besoin pour… où est cette ressource dans le corps? Etc.). Mes interventions directes se limitent aux moments critiques (en cas de passage extrême, je peux être plus directive, voire agir directement au besoin).
Je ne me permets pas de savoir ce qu’il faut faire. J’ai le savoir des outils pour arriver à ce que la personne va déterminer comme étant la voie à traverser. Et ces outils je les lui transmets, elle les transforme, les mixe et les intègre.
Autonomie et créativité pour l’accompagné.e.

Voici deux témoignages de REAH rédigés:

CONFIANCE

« Guidée par Marie, je visualise pour commencer un peuplier au tronc très large et très droit , vu de dessous.

Je suis cet arbre, qui intègre l’eau, l’air, la lumière et la terre et qui est capable de toucher le ciel . J’ai de bonnes fondations : des racines pour aller chercher la nourriture dans le sol, qui sont superficielles et qui partent en étoile autour de moi. Et aussi des racines qui descendent plus profondément pour s’ancrer dans le sol. Ainsi je peux rester forte et droite.

Marie me suggère que mes racines vont chercher mes ressources profondes en cas de besoin. Je visualise une grosse racine qui part du milieu de l’arbre, sous la terre, pour s’enfoncer dans le sol. Cette racine ressemble à un python rouge avec des taches noires ocellées, et sa tête chercheuse qui descend a une petite collerette de dragon. Il est souple et puissant, et descend de plus en plus profondément en serpentant tranquillement et avec force. Marie m’encourage à le laisser descendre, même si je ne sais pas où il va…

Soudain il débouche dans une petite grotte entièrement tapissée d’améthystes qui scintillent d’une chaude couleur violette. C’est magnifique. Sur le sol, au milieu de la grotte, un petit bouddha est assis en tailleur. Il médite. Je m’approche de lui et me penche. Je lui fait une bise sur le nez. Il me regarde en souriant et tend son index vers mon front que j’incline. Il touche du bout de son doigt mon troisième œil en disant «CONFIANCE». Je me sens traversée par un flot d’énergie et d’amour. Je vois alors ma jument blanche, morte au mois de mai, qui a posé sa tête sur mon épaule. « je suis là, je m’occupe de tout. Confiance! » me dit-elle. « En cas de question ou de critique qui te met dans l’embarras, prononce les trois syllabes de mon nom et visualises-toi sur mon dos. Je te donnerai ma force et mon calme de jument leader. »

Je reviens ici et maintenant avec des larmes qui coulent sur mes joues. Marie est là pour m’accueillir.

La séance m’a paru facile. Je suis vite partie « en voyage », en me laissant guider avec confiance par Marie qui relançait régulièrement par des questions. Le temps s’est effacé, et les images sont venues d’elle même sans qu’il y ait à forcer, et lorsqu’elles se faisaient un peu attendre Marie m’a rassurée en me demandant ce que je voyais, et en relançant.

C’est comme une conversation entre moi et l’accompagnatrice, dans laquelle elle suggère et je réponds, mais qui a lieu dans un autre monde, je ne sais pas où… un monde dans lequel tout est possible, et où je me sens en sécurité car accompagnée.

La satisfaction de revenir avec des moyens d’aide comme la visualisation de ma jument est réelle, mais ce n’est pas le seul résultat. Il y a aussi un effet de décantation au fil des jours qui suivent la séance, et au final le surcroît de solidité demandé en intention est bien au rendez-vous, avec le calme et la force promis, sans que je ne sache vraiment comment ça fonctionne… et ce n’est pas important au fond. »

UN ELAN POUR VISER UN CAP

J’ai voyagé sous hypnose à la suite d’une panique, qui me fit carrément rebrousser chemin, lors d’une marche dans un paysage ouvert.

Lors de cette séance, un élan rua dans une porte que j’étais censé ouvrir pour découvrir l’animal qui devait m’aider à combattre le vertige et la peur du vide.

Agrippé à son dos tandis que l’élan fonçait, je fusionnai progressivement avec lui. Sa fougue s’atténuant, sa marche se ralentissant sous l’influence de notre étreinte, je me rendis compte que je me transformais en centaure. Et la solution pratique, ergonomique, prothétique m’apparut immédiatement : le lendemain matin, je m’achetais des bâtons de marche et, dès l’après-midi, je réussis à aller jusqu’au bout de la marche de trois heures qui me conduisait au Cap Fréhel.

Intuitivement, je liai de suite cette question du cap à atteindre à celle d’aller jusqu’au bout de mes projets, de mes possibles. Un élan pour viser un cap ! Bon sang mais c’est bien sûr !

Marie a su s’adapter à ma personnalité. Comme je rechigne dès que les questions adressées me semblent fermées, trop orientées, elle m’a proposé quelque chose d’ouvert, de métaphorique et m’offrant la possibilité de l’allégorie. Par définition, l’allégorie parle d’autre chose que de ce qu’elle figurerait littéralement. C’est cette ouverture symbolique qui rendit possible ce voyage à la rencontre d’animaux inattendus, et ce fut d’autant plus inattendu pour moi que je n’avais jamais, de ma vie, développé de projections envers les animaux.

Depuis, ces animaux me rendent visite et m’accompagnent. L’élan est là!

Et un autre en dessin:

Attestation INSEE 2
Dessin témoignage de l’atelier « sorcière queer »

A consulter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :