L'hypnose pour créer sa vie, son oeuvre, son monde

°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Témoignages et réflexions

Gillian Wearing, ''Everything is connected in life...''

J’ai commencé cette récolte de témoignages de séances en février 2017. La page est régulièrement mise à jour. N’hésitez pas à m’écrire (email: lisellesil@gmail.com) pour y contribuer, si nous avons voyagé ensemble.

Je remercie d’ailleurs les personnes qui ont déjà pris le temps de m’envoyer leur expérience par écrit!

En tant que praticienne en hypnose éricksonienne, je respecte absolument le secret professionnel. Dès lors, pour qu’un récit soit publié, il est nécessaire que la personne accompagnée me l’adresse avec une autorisation de l’utiliser.

Tout en bas, vous pouvez également lire un choix de mes témoignages à moi (autohypnose, synchronicité, anecdote, rêve, réflexion…).

***

EXPLORER SES MYTHES INDIVIDUELS

Je voulais découvrir le Rêve Éveillé Dirigé – Marie s’est joliment proposée comme guide. Nous avons de nombreuses connaissances en commun, dans tous les sens du terme mais ne nous étions jamais croisées. Après avoir pris le temps d’échanger autour d’une tisane, nous avons lancé le rêve.

Ma difficulté choisie ? L’impression d’alterner depuis des années des moments de grande liberté de mouvement dans lesquels je me sens très déracinée et quelques moments d’enracinement dans lesquels je perds ma liberté de mouvement. Nouvellement rendue mère par la naissance de mon fils, mon intention était de parvenir à mêler ce qui devait l’être. Marie m’a aidé à formuler cette intention de manière positive et claire pour pouvoir la répéter ensuite dans le voyage onirique.

Le dessin s’est imposé dès le départ. Je vois un marais, eau et sable déphasés, séparés. Un jonc y pousse, jonc simplifié par le dessin, il semble simplement planté là. Des racines multidirectionnelles s’étirent puis battent comme une corolle de méduse. Marie m’engage à prêter attention à une racine plus particulièrement. Sort d’un sous-sol invisible une asperge (cela m’amuse et malgré la grande émotion produite par cette plongée dans mon imaginaire et au-delà, ainsi qu’un certain inconfort physique au-niveau de la respiration et de la déglutition, je m’amuse souvent tout au long du voyage – consciente des clins d’œil qui parsèment cet étrange paysage) au milieu des racines flottantes. Celles-ci se relient par des filaments, deviennent filet de pêche tandis que « l’asperge » se couvre de ce qui ressemble à des feuilles de liserons.

Passage au noir. Grains de beauté comme des points à relier pour faire apparaître un dessin, ici, rien de plus que la représentation d’une constellation, que je ne reconnais pas.

Apparition d’un hippocampe (sourire, cet l’animal dont le mâle porte les petits et le nom d’une partie du cerveau) que je veux suivre en mer. Je vois un poisson plat dissimulé sous le sable (je ne le reconnais pas sur le moment – je pense maintenant qu’il s’agit d’une limande). Il ne révèle rien mais s’est laissé voir… une forêt d’algues, un anneau qui brille sur le fond, l’hippocampe en fait le tour, c’est apaisant, l’anneau reste là. En revanche j’emporte une pousse d’algue ou une petite anémone.

Je vois un œil, l’iris d’un œil, l’iris est protubérant comme un volcan et l’anémone est en son centre, elle est sa pupille. La lave semble rentrer par le cratère, je me dis que ce volcan s’auto-ingère, cela devient géométrique et abstrait, deux triangles rectangles dont les côtés sont en mouvement perpétuel. Une plaisanterie arrive, l’instrument de musique : le triangle dont, adolescente, je pensais qu’il était tenu par le musicien le plus libre, le plus téméraire de l’orchestre, celui qui ne se cache pas derrière une contrebasse ou un violoncelle, celui qui n’est ni pianiste ni violoniste… et qui est présent, debout, tout du long pour intervenir si peu. Cet instrument se réduit jusqu’à n’être qu’un trou qui permet d’autres métamorphoses, un arbre, de la mousse, un paysage sinusoïdal,  Ratatoskr – écureuil de la mythologie islandaise.

A la fin, ma peau est très réactive, mes tatouages sont legèrement en relief [là, dans le réel présent], une cicatrice sur le bout de mon index me démange : c’est ici que je conserve mon anémone qui se mêle à la chair.

Marie m’a accompagnée avec le sourire, en empêchant le voyage imaginaire de s’interrompre ce qui était sa tentation (et la mienne sans doute malgré le désir d’aller plus loin), sans ajouter ou retrancher quoi que ce soit. Elle a été présente et a partagé la durée de cette chose vécue sans insister, sans surajouter. Exactement comme c’était bien pour moi à ce moment-là. Je crois fortement que cela pourra être différent une autre fois et le serait forcément avec une autre personne que moi, moi de cet après-midi là.

Je recommande son accompagnement à celles et ceux qui voudraient explorer leur mythes individuels et se relier aux rêves collectifs, qui sont prêt.e.s à affronter l’intérieur ou qui veulent s’y ressourcer et je me prescris de retourner voyager avec elle. 

FB_IMG_1523543705656

APPRENDRE A REVER POUR SE LIBERER

J’ai pris rdv avec Marie sur les conseils d’une amie. Mon problème ? Pendant quelques mois, j’ai eu de grosses frayeurs la nuit qui devenaient incontrôlables, mon esprit créait des ombres, des fantômes et des monstres. Je voulais pouvoir dormir sans avoir peur du noir.

Après une petite surprise en arrivant (Marie, la photo de ton site de ne te rend pas justice, tu es beaucoup plus souriante en vrai!), Marie m’invite à prendre un thé et à parler des raisons de ma venue. Nous parlons pendant quelques temps puis décidons de commencer la séance.

Sur les 2 séances que j’ai faites, elle m’a montré 2 chemins différents pour entrer dans ce que j’appelle la « visualisation », l’hypnose quoi. Le 1er est de demander à son corps ce qu’il a à dire. Bien évidemment, Marie vous guide pour y arriver.

En 3 min, j’étais «sous hypnose» et au bout de 3 minutes 30, je faisais un bond de 20 cm sur le canapé! Je faisais face aux 1ères peurs générées par mon inconscient. Franchement, je ne m’attendais pas à «avoir les choquottes» en séance !

Marie a été extraordinaire : Par sa présence, sa voix et ses conseils, j’ai pu affronter ou plutôt accueillir en toute confiance mes «monstres» personnels. Au fur et à mesure que la séance avançait, les situations était de plus en plus faciles. Marie donne les outils pour mieux comprendre qui nous sommes. Elle nous montre que l’acceptation de soi et la bienveillance sont la clé de son propre bien-être. Elle a des propositions pour toutes les situations, et croyez-moi, l’inconscient travaille avec des images complètement loufoques parfois ! (Nous avons d’ailleurs bien ri à certains moments !)

A la fin de ma 1ère séance, elle m’a donné des exercices à faire pour compléter les effets. Je peux honnêtement dire qu’en rentrant chez moi, j’allais beaucoup mieux.

Afin de terminer le travail, nous avons fait une 2ème séance. J’ai donc pris rdv 3 semaines plus tard pour une hypnose plus courte que la 1ère fois. Cette séance a été encore plus profondément dans la problématique et a été l’occasion de me libérer.

En dehors des habituels sorcières, monstres et autres sauts dans le vide que j’ai maintenant appris à gérer, voici un exemple de ce que j’ai vécu : une petite fille prénommé Clara (qui n’était pas moi) me suivait dans mes hypnoses. Elle représentait très probablement une mémoire ; elle était juste là, je la prenais par la main et l’emmenais partout. A la fin de cette 2ème séance, nous avons été dans une grotte et avons rencontré un indien. Nous nous sommes assis en tailleur autour du feu et il a écrit un sigle sur notre front. Après quelques temps, je me suis aperçue que cet indien était de la famille de Clara. Je lui ai donc dit au revoir et j’ai plongé dans un ravin (non cela ne me fait plus peur ;-)) pour ensuite nager dans une eau claire et rafraichissante. Puis je suis sortie de l’eau et j’ai dormi sur la plage, avec une sensation de libération et de bien-être incroyable. Enfin seule avec moi-même!

Grâce à l’expérience et à la guidance de Marie, je me sens maintenant assez forte pour gérer seule des situations qui m’auraient glacé le sang il y a encore quelques semaines.

Je ne saurais que trop recommander Marie. C’est une belle personne qui est là pour vous guider, vous aider à comprendre qui vous êtes et comment vous fonctionnez. Elle apporte beaucoup de calme, de lien et de sérénité à la vie. Merci 🙂

PS: A lire sur le rêve éveillé: REAH

Capture d_écran 2018-03-28 à 11.49.09
3D Installation « Beyond the Limits » https://vimeo.com/260246565

INSECTES

Depuis toute petite, je souffre d’une phobie des insectes, cela m’entravée dans pas mal de situations.

Même si j’aimais la nature, j’étais incapable de m’assoir dans l’herbe calmement et d’en profiter, je devais constement regarder si une fourmi ou autre insecte ne montait pas sur moi. Petite je faisais aussi d’affreux cauchemar avec des araignées. 

Cette phobie m’a mise souvent dans des états de grand inconfort et m’a empêchée de faire pas mal de chose, d’entreprendre des choses, des voyages que je voulais faire ou des expériences plus proche de la nature.

J’en ai eu marre et j’ai donc décidé d’essayer de me débarrasser de ce «  handicap » .

Je suis allée voir Marie et après la première séance, je me souviens avoir pris un gendarme sur mon doigt et le mettre dehors.

Cette semaine je me retrouve dans appartement que je ne connais pas, j’y découvre des araignées un peu partout. Un matin en ouvrant mes yeux, je me suis rendu compte qu’une araignée était juste là, dans sa toile au dessus de ma tête! Je n’ai pas crié, je n’ai même pas sentis mon coeur battre plus vite, je n’ai plus ressenti de peur ou d’angoisse. J’ai pris un tupperware et l’ai mise dehors, tout simplement.

Hier, sur le mur dans l’appartement d’un ami, encore une araignée! Elle est assez grande, mais n’as pas l’air si méchante que ça. Je veux faire le test, j’ai envie de la toucher, je m’approche d’elle, bien sûr, elle s’écarte.

C’est un vrai soulagement de ne plus être parasitée par cette phobie bien trop encombrante.

J’ai hâte que l’été arrive, de me rouler dans l’herbe et de tester ma nouvelle vie sans cette peur!

1024px-Pyrrhocoris_apterus_feeding_on_Hibiscus_syriacus_fruit

CONFIANCE

Guidée par Marie, je visualise pour commencer un peuplier au tronc très large et très droit, vu de dessous.

Je suis cet arbre,  qui intègre l’eau, l’air, la lumière et la terre et qui est capable de toucher le ciel . J’ai de bonnes fondations : des racines pour aller chercher la nourriture dans le sol, qui sont superficielles et qui partent en étoile autour de moi. Et aussi des racines qui descendent plus profondément pour s’ancrer dans le sol. Ainsi je peux rester forte et droite.

Marie me suggère que mes racines vont chercher mes ressources profondes en cas de besoin. Je visualise une grosse racine qui part du milieu de l’arbre, sous la terre, pour s’enfoncer dans le sol. Cette racine ressemble à un python rouge avec des taches noires ocellées, et sa tête chercheuse qui descend a une petite collerette de dragon. Il est souple et puissant, et descend de plus en plus profondément en serpentant tranquillement et avec force. Marie m’encourage à le laisser descendre, même si je ne sais pas où il va…

Soudain il débouche dans une petite grotte entièrement tapissée d’améthystes qui scintillent d’une chaude couleur violette. C’est magnifique. Sur le sol, au milieu de la grotte, un petit bouddha est assis en tailleur. Il médite. Je m’approche de lui et me penche. Je lui fait une bise sur le nez. Il me regarde en souriant et tend son index vers mon front que j’incline. Il touche du bout de son doigt mon troisième œil en disant «CONFIANCE». Je me sens traversée par un flot d’énergie et d’amour. Je vois alors ma jument blanche, morte au mois de mai,  qui a posé sa tête sur mon épaule. « je suis là, je m’occupe de tout. Confiance! » me dit-elle. « En cas de question ou de critique qui te met dans l’embarras, prononce les trois syllabes de mon nom et visualises-toi sur mon dos. Je te donnerai ma force et mon calme de jument leader. »

Je reviens ici et maintenant avec des larmes qui coulent sur mes joues. Marie est là pour m’accueillir.

La séance m’a paru facile. Je suis vite partie « en voyage », en me laissant guider avec confiance par Marie qui relançait régulièrement par des questions. Le temps s’est effacé, et les images sont venues d’elle même sans qu’il y ait à forcer, et lorsqu’elles se faisaient un peu attendre Marie m’a rassurée en me demandant ce que je voyais, et en relançant.

C’est comme une conversation entre moi et l’accompagnatrice, dans laquelle elle suggère et je réponds, mais qui a  lieu dans un autre monde, je ne sais pas où… un monde dans lequel tout est possible, et où je me sens en sécurité car accompagnée.

La satisfaction de revenir avec des moyens d’aide comme la visualisation de ma jument  est réelle, mais ce n’est pas le seul résultat. Il y a aussi un effet de décantation au fil des jours qui suivent la séance, et au final le surcroît de solidité demandé en intention est bien au rendez-vous, avec le calme et la force promis, sans que je ne sache vraiment comment ça fonctionne… et ce n’est pas important au fond.

Capture d_écran 2018-03-07 à 00.19.39

UN FUTUR RADIEUX

Voilà des mois que je pensais à une réorientation professionnelle et bien qu’expérimentée dans ce nouveau domaine, j’étais arrêtée par une question de légitimité : est-ce vraiment ma place ? Ai-je les compétences requises ? Saurai-je assez bien faire pour satisfaire mes clients ? Bref, j’étais impatiente autant qu’inquiète, et cela ne me convenait pas !

Une séance d’hypnose avec Marie m’a permis de faire un bond de géant : Marie m’a permis de visualiser le « trajet » qui me séparait encore de mon objectif puis, toujours sous hypnose, de le parcourir pour l’atteindre.

Je me suis ainsi trouvée debout dans mon salon, à avancer vers mon but avec puissance, calme et maîtrise, tout en écartant les questionnements parasites. Oui, j’avais déjà en moi toutes les ressources pour me lancer, l’expérience d’années de pratique et suffisamment de souplesse pour m’adapter. Aucun doute, c’était bien ma place !

Au terme de la séance, lorsque Marie m’a demandé de rouvrir les yeux, j’étais face à la fenêtre de mon salon, avec vue plongeante sur un Paris illuminé. Le futur m’est apparu… radieux.

Depuis, j’ai commencé ma nouvelle activité professionnelle sans ressentir aucun stress, et n’ai que de bons retours de mes clients.

Merci Marie pour cet immense « coup de pouce » !

rosas-danst-rosas-rosas
Rosas danst Rosas http://www.rosas.be/fr/publications/431-rosas-danst-rosas

DANS LE CORPS

Quelques mois après avoir fait plusieurs séances d’hypnose, je ne sais plus exactement ce qui m’y a emmenée. Si !  Une situation qui m’était extrêmement stressante, parler devant un grand groupe de personnes, parler tout simplement de mon travail en sécurité. Quelques séances se sont succédé, toutes indépendantes les unes des autres et toutes liées par une force qui s’est inscrite dans le corps sans que je m’en aperçoive. Force de l’inconscient qui apparaît, dans les gestes et attitudes, qui devient visible.

Un jour lors d’une séance est venu un grand arbre. Il ne cesse d’être présent aujourd’hui.

Et puis d’autres évènements puissants. Je ne sais pourtant plus exactement ce qui s’est passé lors des séances, comme un moment si bon qu’il n’est plus nécessaire d’y penser, simplement d’éprouver encore la saveur des changements. J’ai vu et entendu ces ressources qui étaient là, entendu les douleurs, les limites ; j’ai pu les accueillir comme des êtres chers, et les traiter, les caresser avec respect, puis les diriger vers des endroits plus acceptables. Ces endroits, je les sens, et je souris à leur évocation. Ces dialogues internes et multiples m’ont été d’une précieuse aide. En cela je ne cesserai de remercier l’hypnose et surtout la compétence créative de Marie !

19059247_443159686039899_644483454087944059_n
le magnifique filiaire à feuilles larges (Phillyrea latifolia) du Jardin des Plantes de Montpellier (et ses voeux secrets dans les creux).

REVELATEUR

J’ai eu trois séances d’hypnose avec Marie cet automne. Je suis ressortie de chacune apaisée, sereine, reconnectée à ma force intérieure, et j’en ressens encore aujourd’hui les bienfaits : meilleure gestion du stress, meilleur ancrage dans ma vie, meilleur alignement de moi-même pour atteindre mes objectifs et du coup, moins de procrastination !
En plus du « coup de pouce » psychologique, les séances m’ont apporté des éléments concrets. Par exemple, quelle activité (pour moi, la danse) était  primordiale à pratiquer pour conserver mon équilibre. Depuis, je n’ai pas arrêté de danser et me suis même inscrite à plusieurs stages.

Lentement et sûrement, ma vie a changé pour le mieux. J’ai pris des décisions que je repoussais depuis longtemps, posé des choix clairs avec autant de fermeté que de douceur, éclairci ce qui était jusqu’alors très embrouillé et même entamé une réorientation professionnelle.

Avec de pareils résultats, j’ai recommandé Marie à tous mes amis. Sa maîtrise des séances est tout bonnement parfaite. Elle prend le temps, avant comme après, elle reste à l’écoute et s’implique aux côtés de ses patients. Moi qui craignais un protocole de séance un peu guindé, j’ai été soulagée : en plus d’être pro, Marie a de l’humour et s’en sert à point nommé.

En d’autres mots, l’hypnose fut une découverte autant qu’une révélation. Je conseillerais Marie autant à ceux qui veulent régler un problème précis (gestion de la douleur, insomnies) qu’à ceux qui souhaitent avancer dans leur vie.

17390741_405139529841915_1951177133285784079_o

GERER LA DOULEUR

Je souffre de douleurs chroniques neurologiques et musculosquelettiques et je suis suivie par des médecins.

Ma première expérience (une séance) avec Marie Lisel avait pour but de gérer une exacerbation de la douleur chronique dans le bas de mon dos, aggravée par un très long trajet en voiture.

Après discussion sur les images de l’anesthésie, j’ai opté pour une isolation de la zone, pour rendre impossible la transmission des signaux douloureux au cerveau. Pour effectuer cela, je fus invitée à visualiser la zone concernée, puis à choisir comment couper les moyens de communication entre cette zone et le reste du corps.

Une fois le mécanisme ancré, il me fut alors possible de réactiver cette isolation à la demande. J’ai alors pu diminuer mes douleurs, dans les zones où elles devenaient insupportables, pour continuer à fonctionner.

Notre travail le plus récent (deux séances) m’a préparée à un traitement hospitalier sur la colonne vertébrale, que j’anticipais comme très douloureux et difficile, mais dont j’espérais un résultat positif à terme.

Il s’agit d’un traitement par radiofréquence pulsée non-lésionnelle et d’une infiltration facettaire lombaire classique.

J’avais continué à travailler sur le premier exercice, mais je cherchais un moyen d’obtenir des résultats plus radicaux, vu la douleur extrêmement lancinante de l’opération (qui se déroule sans anesthésie).

Pour cela, nous avons choisi de faire appel à mon inconscient, en lui laissant toute latitude pour aller chercher dans tous mes domaines expérientiels (mémoire, imaginaire, créations métaphoriques, liens avec des personnes qui m’ont aidée…) ce qui aiderait mon corps à maintenir la douleur de l’intervention à un niveau acceptable et gérable. J’ai pu prendre conscience des moments où l’inconscient s’acquittait de sa tâche, car ils se traduisaient par de légers mouvements involontaires des doigts de ma main gauche. Ca a duré un bon moment.

Puis j’ai dialogué et négocié directement avec mon corps.

Nous avons ensuite autorisé ma partie consciente à se dissocier le plus possible de la situation, pendant l’opération, en se réfugiant dans un galet que je serrais dans ma main droite (je me suis exercée pendant et après la séance, jusqu’à y arriver facilement), tout en demandant à ma vigie de veiller continuellement et de venir me prévenir de suite, dans le galet, si un signal d’alarme (mauvais positionnement de l’aiguille dans la colonne…) lui parvenait.

L’intervention fut beaucoup plus supportables que celles que j’avais subies auparavant, bien que de nature similaire.

Après, j’ai pu aussi gérer la douleur post-opératoire, en continuant à m’adresser à mon corps et en l’encourageant à noyer l’expression des symptômes les plus intenses (douleur lancinante très localisée et sensation de brûlure interne plus généralisée) dans une sensation moins douloureuse (simple chaleur intense). Et je me suis endormie.

decoration-contemporaine-coussins-design-en-laine-feutree-naturelle-276349

HYPNOSE PAR SKYPE

Habitant loin des endroits où Marie reçoit habituellement, la seule façon d’effectuer des sessions était par Skype. Je n’ai donc pas hésité à prendre un premier rendez-vous.

Il est vrai que la première fois, j’ai tout de même eu des doutes sur ma capacité à entrer en transe de cette manière-là.

Mais, grâce au savoir-faire de Marie, tout s’est très bien passé. Je n’ai jamais ressenti que la distance était un frein quelconque à la qualité de la thérapie et suis vraiment enchanté de cette manière de faire. Il est vrai que j’aurais pu trouver un hypnothérapeute dans ma région, mais pouvoir pratiquer avec une personne qualifiée et de confiance était le plus important.

J’apprécie également la flexibilité que donne ce type de session et l’absence de perte de temps dans les transports. 

Je ne peux que recommander Marie et ce type de sessions à distance. 

08551844-photo-skype-7-27-fen-tre-d-appel

BIBLIOTHEQUE INTERIEURE

Lorsque Marie m’a proposé de visiter mon espace créatif sous hypnose, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Nous avions déjà eu une première séance surprenante un mois auparavant durant laquelle des images affleuraient à ma conscience comme dans un tunnel, des visions claires mais chaotiques sans aucun sens particulier (tout du moins selon mon niveau de compréhension). Il s’agissait de pouvoir effectuer un choix entre deux options, et cette séance avait été fort éclairante. Je me souviens de m’être senti particulièrement bien après, calme et reposé.

C’est donc avec joie et curiosité que j’ai tenté l’expérience une seconde fois.

Je n’avais aucune idée de ce que je pourrais découvrir lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvriraient. Marie m’avait raconté avant la séance que pour certains ce pouvait être une île, pour d’autres une montagne, que cet espace était propre à chacun et qu’on devait le visiter pour savoir quelle forme il revêtait.

Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrirent, je fus surpris de me retrouver à l’intérieur d’une grande bibliothèque (peut-être 50mètres carrés) faite de bois clair, remplie d’ouvrages, de rouleaux et de parchemins. Le sol et le plafond étaient en parquet, d’un bois de la même essence que celui dont les étagères étaient faites, peut-être en hêtre. Au fond de la pièce se trouvait une grande baie vitrée qui laissait pénétrer une lumière douce et chaude. Pour tous meubles, il y avait une grande table et une chaise au milieu de la pièce, les étagères portant les écrits couvraient tous les pans de murs.

Mes idées d’écriture et projets en cours se trouvaient sur les étagères, écrits et reliés. Marie me proposa de trouver celui que j’étais en train d’écrire à l’époque, auquel j’avais octroyé un titre qui me paraissait bancal. En passant, j’ai pu apercevoir un projet de livre qui était devenu ici une trilogie. Je pris celui que je cherchais puis m’assis afin de le feuilleter. Chose surprenante, il ne portait pas le même titre bien qu’il était clair qu’il s’agissait de ce livre. Le titre qu’il portait était parfait, il « m’aurait » été impossible d’en trouver un meilleur consciemment.

La séance se termina peu après et Marie m’expliqua que nous pourrions, lors de la séance suivante, poursuivre l’exploration et ancrer un geste qui me permettrait par la suite de retourner à volonté dans mon espace créatif, afin d’y puiser « mes idées ».

17903778_416411872048014_1802172627695404647_n

ECRASER LA DERNIERE CIGARETTE

Je ne fumais plus depuis 10 ans, un jour de novembre, sans réfléchir, je suis entrée dans un bureau de tabac, j’ai acheté un paquet et j’ai recommencé comme si je n’avais jamais arrêté. Les mêmes habitudes, les mêmes gestes, les mêmes moments, un paquet par jour immédiatement.

C’était un désespoir, c’était incompréhensible. Je ressentais cela comme une terrible trahison à l’égard d’une personne que j’aime et qui m’avait convaincu d’arrêter, mais aussi à l’égard de moi-même.

Lors des deux séances que j’ai réalisées avec Marie, je n’ai pratiquement pas parlé de cigarettes. Arrêté de fumer était le cadre de départ mais c’est de toutes autres choses dont il a été question, de ma vie, des êtres que j’aime, de ceux qui ont disparu. J’ai parcouru en hypnose une ancienne imprimerie abandonnée remplie de meubles en bois avec des casiers. J’en ai ouvert quelques-uns, j’y ai trouvé les photos de ces personnes qui comptent ou ont compté pour moi. Derrière chaque photo un message.

Ce qui est formidable c’est qu’après cette séance, dans les jours qui ont suivi, tous ces symboles, ces rencontres en hypnose ont trouvé une signification. J’ai pu me réapproprier l’arrêt du tabac, réaffirmer en tant que femme adulte et indépendante mon choix de ne plus fumer au-delà de la promesse que j’avais pu prononcer 10 ans auparavant.

Et puis des évènements plus profonds, enfouis très loin, ont émergés. J’ai pu clore symboliquement une relation qui continuait de m’empoisonner l’esprit sans que je m’en rende compte, j’ai pu exprimer ma colère, soutenir et consoler  la jeune femme de l’époque qui avait dû fuir et continuait de se sentir honteuse de n’avoir pu faire face.

Je suis sorti apaisée de ces deux séances, ne plus fumer était à nouveau une chose évidente. Avec l’aide de Marie, j’ai ouvert de nouveaux horizons, réinterprété le passé, fait connaissance aussi avec une de mes entités qu’il allait falloir apprivoiser… mais ça c’est une autre histoire.

17990743_419164085106126_1070991199732047084_n
Sally Mann, « Candy cigarette »,1989

SANS MASQUE

Explorer son intérieur et ses possibles avec Marie est une expérience profonde et puissante. Presqu’animale. Souvent légère et joyeuse, pleine de surprises.

C’est une véritable rencontre à laquelle elle apporte son idiosyncrasie, qui elle est vraiment, avec tout son bagage humain, artistique, toute sa vivacité, sa perspicacité, sa présence et son écoute dans lesquelles les compétences techniques semblent se faire oublier au profit de la relation.

On sent ainsi qu’à son contact, on est libre d’être vraiment soi, sans masque. Brut. Ensemble. C’est certainement une des facettes de son accompagnement qui le rend si efficace.

Cadre et liberté, apports et écoute, technique et empathie, un savant dosage, percutant de présence.

17457664_195814830910772_6758953321230853454_n

UN ELAN POUR VISER UN CAP

J’ai voyagé sous hypnose à la suite d’une panique, qui me fit carrément rebrousser chemin, lors d’une marche dans un paysage ouvert.

Lors de cette séance, un élan rua dans une porte que j’étais censé ouvrir pour découvrir l’animal qui devait m’aider à combattre le vertige et la peur du vide.

Agrippé à son dos tandis que l’élan fonçait, je fusionnai progressivement avec lui. Sa fougue s’atténuant, sa marche se ralentissant sous l’influence de notre étreinte, je me rendis compte que je me transformais en centaure. Et la solution pratique, ergonomique, prothétique m’apparut immédiatement : je m’achetai des bâtons de marche et je réussis à aller jusqu’au bout de la marche de trois heures qui me conduisait au Cap Fréhel.

Intuitivement, je liai de suite cette question du cap à atteindre à celle d’aller jusqu’au bout de mes projets, de mes possibles. Un élan pour viser un cap ! Bon sang mais c’est bien sûr !

Marie a su s’adapter à ma personnalité. Comme je rechigne dès que les questions adressées me semblent fermées, trop orientées, elle m’a proposé quelque chose d’ouvert, de métaphorique et m’offrant la possibilité de l’allégorie. Par définition, l’allégorie parle d’autre chose que de ce qu’elle figurerait littéralement. C’est cette ouverture symbolique qui rendit possible ce voyage à la rencontre d’animaux inattendus, et ce fut d’autant plus inattendu pour moi que je n’avais jamais, de ma vie, développé de projections envers les animaux.

Depuis, ces animaux me rendent visite et m’accompagnent. L’élan est là!

18156032_423793907976477_6217544152985287577_o

ORANGE, VERT ET VIOLET

Les symboles que j’évoque me sont apparus sous forme de couleurs, comment dire que je n’ai rien découvert que je ne savais déjà mais que le fait d’établir un véritable dialogue avec eux m’aide à les faire négocier ensemble ce qui me convient dans le fond ou dans la forme.
Je m’explique  :  mes symboles à moi sont des couleurs. Elles sont « arrivées » sous hypnose directement liées à mon environnement proche. J’ai cherché à faire dialoguer mon ancrage avec ma fantaisie.

Mon ancrage m’est apparu sous la forme d’un pied de vigne qui est dans mon jardin puis d’une violette qui se trouve au pied du pied de vigne  ;  mon ancrage est violet.

Ma fantaisie, elle, m’est apparue orange, lors de nos premiers échanges, elle prenait beaucoup de place, elle m’a demandé à être matérialisée dans mon environnement entre une vierge orange en plâtre et une petite statue de Ganesh. Alors je lui ai fait une place, j’ai trouvé chez moi un angelot que j’ai habillé d’une fausse fourrure à poils longs et refermée par un grelot.

Violet, Orange et moi avons donc continué notre travail avec Marie. Après une séance de négociation entre les parties (sic) un négociateur est apparu dont le rôle à l’avenir sera d’être le partenaire diplomate, celui devant lequel violet et orange pourront se taire pour le laisset agir avec justesse. Le diplomate s’est symbolisé en un beau vert céladon. Celui-là même que je venais de trouver pour colorer un petit pot de peinture blanche pour ma cuisine.

Les séances d’hypnose m’ont apporté beaucoup de cohérence entre mon environnement et l’organisation de mon monde intérieur qui rejaillit sur tout ce que je fais.

Avec Marie, j’ai fixé mes symboles dans des parties de mon corps auxquelles je fais appel pour les situations délicates ou sensibles de ma vie.

Depuis que j’ai commencé à cheminer dans mes ressources intérieures avec cette aide précieuse, je n’ai plus jamais éprouvé la peur d’être démunie.

Pantone-Chart

COMME UN TABLEAU DE PEINTURE A L’HUILE DE MON PROPRE RÊVE EVEILLE

Quelques jours avant la séance, j’ai connu quelques stress dont un important et je me suis bloqué le dos. Je me suis allongée, sur le canapé, et Marie s’est mise à côté de moi sur une chaise.  Tout de suite mon chat est venu s’installer sur moi, sur mes cuisses, en regardant Marie droit dans les yeux, ce qui nous a fait rire. Nous l’avons laissé s’installer.

J’ai fermée les yeux et Marie a commencé avec des choses que maintenant je connais, le souffle, le poids du corps, les vagues qui circulent. Je suis allée vite en moi-même car je connais l’exercice.

Tout suite, j’ai senti que quelque chose bloquait dans ma jambe gauche. Les flots n’y passaient pas, à peine par mince filet d’eau vert-pomme ou bleu ciel. Il y avait un gros serre-joint qui comprimait ma cuisse à mi-hauteur. Je l’ai signalé à Marie. Je crois qu’elle m’a alors demandé d’essayer de le desserrer, ou de lui demander de se désserrer lui-même, ou même encore de faire appel en moi à de l’aide pour ce que les “êtres” qui m’habitent m’aident à enlever ce garrot de métal, je ne sais plus vraiment. Ce dont je me souviens, c’est que cela ne marchait pas. Cela laissait une sorte de froid, de vide en moi. J’ai dit à Marie que j’allais essayer de demander pourquoi au garrot serrait-t-il ma cuisse.

A partir de là, c’est très confus dans ma mémoire, je ne sais plus vraiment ce qu’il s’est passé ni dans quel ordre. Je me souviens juste de trois choses :

C’était différent des autres fois, les choses étaient moins lisibles. Il n’y avait aucune entité en moi avec qui échanger que ce soit en langage verbal comme en langage non verbal. Egalement, il n’y avait pas de scénario aussi clair. C’était un peu décousu et vide ou peu appréhendable. J’étais bien ailleurs dans un espace temps du type des rêves éveillés, tout en étant immergées dans mon corps complètement. Mais ce n’était pas aussi évident que d’habitude, c’était un peu comme si j’avais coulé dans une représentation, un tableau de peinture à l’huile de mon propre rêve éveillé. Comme si les traits n’en étaient plus aussi clairement défini mais davantage suggérés à coups de larges pinceaux et d’empattements.

La deuxième chose dont je me souviens est le vide. D’habitude je suis peuplée. Il y a toujours mon comité de 12 qui me constitue, et davantage encore toutes les affaires et relations en cours en périphérie. Là c’était vide. Lorsque j’appelais, il y avait un écho. Mon corps devenaient tout à coup une grotte vide, et la nature de l’écho m’apprenait de façon certaine qu’ils étaient tous partis. C’était très troublant comme sensation et totalement inhabituel.

Ensuite, je crois avoir perdu mon corps à un moment, je ne sais plus, il n’était plus présent il s’était envolé du côté de mon chat. Je m’en suis aperçue car Marie me demandait quelque chose par rapport à lui et que je ne pouvais y répondre. Puis il est revenu, je ne sais comment, et ni pourquoi j’y ai trouvé une sorte de poisson le long de ma colonne vertébrale possédant une longue queue d’arêtes irrégulières et tordues et à moitié plantées dans certains de mes disques intervertébraux. Il m’a fait penser à une sorte de monstre des fêtes chinoises, à mi-chemin entre le poisson, le dragon et un animal osseux issu de l’époque des dinosaures. Il était parfaitement et totalement immobile, inerte, pourtant je savais qu’il n’était pas mort.

Marie m’a demandé de lui parler, de lui demander de partir, mais c’était impossible. Cette “bête” là manifestement était dénuée de toute intelligence, même la plus pauvre. C’était d’ailleurs assez terrifiant à voir. Même un animal sauvage aussi rudimentaire soit-il, possède déjà en lui même une forme d’intelligence, une logique systémique qu’il est possible d’observer, de comprendre, et à défaut de communiquer au mieux de cadrer afin d’espérer en obtenir le comportement voulu. Là rien. Rien du tout. Ce qui signifie aucune compréhension possible. Aucune. En somme ce qu’il y a de plus terrifiant par dessus tout. Impossible de prévoir si elle était dangereuse et comment, ou inversement inoffensive. Ou bien elle aurait pu être les deux à la fois passant de l’un à l’autre sans aucune raison que l’entendement ne puisse saisir. Même la barbarie est plus rassurante. Ici j’étais face à une bête vide de sens.

Je n’ai pas pu expliquer cela à Marie, je lui ai juste dit que la bête n’était pas sympa du tout, vraiment pas, et qu’il était totalement vain d’essayer de communiquer avec elle. Pour tout dire, j’avais plutôt envie qu’elle ne me remarque pas. Puis sans raison apparente, la bête s’est mis à bouger la tête assez fort comme un poisson sorti de l’eau qui se débat. Sa queue d’épines elle était bien ancrée, et sa tête était placée entre mon nombril et mon sternum.

A ce moment-là, mon chat s’est levé et est venu placer sa patte sur le poisson qui remuait. Ce fut une sensation assez incroyable et surprenante car il avait posé la patte à l’endroit exact, et cela m’a mis en transe. Je me suis mise à respirer très fort par le ventre, avec une intensité crescendo. Je crois que mon chat s’est allongé sur mon ventre tout en gardant sa patte tendu sur la tête du poisson. J’ai respiré très fort encore quelques fois et j’ai compris alors que le seul moyen était que j‘accouche le monstre.

J’ai contracté très fort alors à plusieurs reprises, et très vite la tête est sortie, mais les épines de sa queue sont restées coincées à l’intérieur. Ce n’était pas douloureux, mais stressant car je ne savais pas comment faire pour les sortir. Je l’ai dit à Marie, mais je ne souviens plus de sa réponse. Je ne me souviens plus non plus de comment les épines se sont détachées. Je sais juste que mon chat est parti à ce moment là et que le poisson a essayé encore de s’accrocher à moi en aspirant ma cuisse droite avec sa bouche comme un poisson suceur.

Puis il y a eu un courant d’air à mes pieds qui aspirait le poisson qui s’accrochait malgré tout. J’ai finalement dû le pousser avec mon pied gauche pour le décrocher enfin. Il est parti par la fenêtre ouverte.

Cela allait mieux, beaucoup mieux!

Et mes yeux se sont ouvert tout seuls juste après.

Pour lire ma version d’accompagnante de cette séance très singulière, consultez l’article sur l’hypnose et les chats.

Capture d_écran 2017-08-08 à 23.43.44

LA GROTTE DE MA VOIX 

À l époque de ma première séance je ne connaissais presque rien de l’hypnose mais je savais qu’en dehors de toutes les possibilités thérapeutiques (par rapport aux traumas, aux addictions, aux douleurs etc…) il y avait aussi plein de possibilités d’exploration pour mieux se connaître … Stimuler la créativité… Ouvrir de nouvelles portes… En tant qu’artiste je travaille énormément avec ma voix : chorale… Chant spontanée… Narration… Prise de parole en public … C’est à la fois mon métier et ma passion. Mais, par moment, il y a moins de travail ou moins de motivation à entretenir une véritable hygiène vocale et c’est pour cela que je voulais une séance d hypnose. J ai demandé à Marie :  » Est ce que l’hypnose peut m’aider à chanter plus souvent … Plus spontanément ?

Elle m’a donc proposé de faire une séance pour explorer cela. Après avoir posé le cadre de manière simple et très sécurisante je me suis laissé bercé par sa voix chaleureuse et enveloppante et une fois les yeux fermés, et allongé en état d hypnose elle m’a proposé d’entrer en contact avec ma voix, avec l’intérieur de ma gorge ! Soudain l’image d une caverne pleine de trésors m’est apparue ! Marie me guidait pour affiner mes visualisation et exprimer tout ce potentiel qui se révélait soudain à moi.   J ai voyagé dans ma voix dans mes sensations corporelles, dans mes émotions. Son accompagnement précis et dynamique m’a totalement réjoui…

Au moment où nous avons bien fait le tour de la question, elle m a proposé de laisser venir une mélodie qui symboliserait ma séance et qui d’après ce que j ai compris serait comme une clé à ma disposition à chaque fois que j en aurais besoin…

La mélodie est venue… Nous avons fait la transition pour sortir de l’hypnose… Je me suis reposé un peu. J’étais plein de joie et étonné de l’efficacité d’une telle séance où j’étais hypnotisé et conscient de chaque détail. Dès le lendemain, j ai senti les résultats car au premier temps mort de la journée je me suis mis à chanter naturellement ! Sans raison, juste pour le plaisir et c’est exactement ce que je voulais pouvoir faire… Et, pendant 30 minutes, de belles mélodies de chant diphonique sortaient de ma bouche !

Le lendemain à nouveau du chant spontané aux consonances amérindiennes et ainsi de suite ! Dorénavant, même si je ne travaille pas en studio, même si je ne suis pas à ma chorale, il y a cette motivation en moi qui revient et qui me permet de chanter chaque jour, même si c est simplement quelques minutes ou quelques dizaines de minutes… Et cela m’a permis d’élargir ma palette vocale et de rester en forme !

Hang Son Doong

MES PRIORITES PROFESSIONNELLES 

Convaincu par cette première séance avec Marie j ai demandé à faire une autre séance exploratoire mais cette fois-ci pour découvrir quelles seraient mes nouvelles priorités professionnelles. Elle me proposa une séance de 30 minutes  qui me permit rapidement de mettre par écrits 3 axes essentiels à développer dans ma pratique professionnelle. Nous avons symbolisé ces découvertes par des couleurs des mots et des formes simples sur un grand papier canson. Et j ai vu que cela me fut très utile car pendant l’année qui a suivi j ai développé ces 3 domaines qui sont maintenant dominants dans mes activités.

15977299_1924226147805580_932946605257284254_n
Empreinte laissée par une chouette dans la neige après son attaque. © Gav Dog Fat Cat/Tom Samuelson

DECALAGE HORAIRE 

Ce fut une séance très émouvante car une fois en état d’hypnose, nous avons découvert qu’il ne s’agissait d’un problème de décalage horaire entre le Québec et la France, mais d’une partie de moi-même qui aurait préféré rester avec ma famille là-bas !

En discutant avec mon inconscient, Marie a pu me permettre de trouver une meilleure solution pour accueillir mes besoins, mes envies et mes émotions, tout en ayant la possibilité de dormir normalement. Cela faisait 2 semaines que je me couchait à 4h30  du matin et me levait à 14h !!! Mais le soir-même après cette petite séance d’hypnose, je profitais d’une nuit normale de 23 h à 7h30, compatible avec ma vie parisienne!!!

Alors, que vous cherchiez de l’hypnose thérapeutique ou que vous vouliez explorer de nouveaux champs de possibilités, je vous conseille sincèrement des séances avec Marie Lisel car, pour moi, ce fut vraiment utile et efficace !

cropped-10410462_10153088779464700_7631664177539428179_n.jpg

Création sonore radiophonique avec matière récoltée sous hypnose

AGOGIES

Pour écouter Agogies, création sonore réalisée par Daniel Martin-Borret avec D M-B et moi à partir d’une séance d’hypnose, c’est ICI

agogies1400

ET PUIS IL Y A MES BRIBES DE REFLEXIONS ET ANECDOTES A MOI…

AGOGIE CREE DU RÊVE

Après avoir écouté Agogies, Y. a pris conscience de la puissance du rêve au point que cette découverte lui a permis, dans son sommeil, de construire un souvenir en rêve lucide, pour apaiser la douleur d’une relation terrible avec son père, décédé depuis des années.

Il ne savait pas ce qui appartenait au souvenir et à l’imaginaire et ne s’en est pas soucié. Une scène de balade main dans la main, à quatre ans, sur une plage, lui a « simplement » permis de régler une tension encombrante.

Je suis épatée par la fulgurante de l’intégration du processus hypnotique par cette personne, débutante en hypnose. Bravo!!!

Et la surprise de l’effet thérapeutique de cette création radiophonique me ravit 🙂

Capture d’écran 2018-02-20 à 17.54.27.png

LAISSER POUSSER

Cette nuit, je rêvais que j’étais dans des thermes, à la germanique. J’adore ça, j’y vais souvent en Flandres ou en Allemagne ou au Luxembourg. Il y avait du soleil dehors et en même temps il faisait froid. Le seul truc bizarre était que je ne savais pas quand j’allais être réglée et que ma façon d’essayer de le savoir était un peu délirante, comme divinatoire. Et aussi, les hommes étaient devenus femmes et inversement. Je connaissais des gens, mais vaguement car leur changement de sexe et/ou genre (clin d’oeil au contexte naturiste) brouillait la donne. Elles/ils/iels me « disaient quelque chose » de loin. Il fallait un temps…
J’ai été réveillé par une crampe. Mon mollet gauche s’est tordu. J’ai fléchi le pied en gémissant et haletant. Ca faisait un mal de chien! Et j’ai replongé dans le sommeil. Un rêve lucide est alors arrivé.
Ca suffit de bosser de façon structurée sur mes soucis personnels!!! Ca coince et c’est lourd. Trop rigide. Changement de méthode!
Maintenant, je vais pouvoir travailler mes soucis dans un joyeux bordel, comme le potager de ma grand-mère ardennaise, qui balançait ses graines – de fleurs appelées « soucis » autant que de poireaux et autres végétaux divers – et laissait faire la nature, puis envoyait les enfants en mission d’aller chercher un brin de ciboulette, deux tomates, une frisée ou bien de ramener ce qui était mûr à point pour l’accomoder.
Semer. Laisser pousser. Observer. Cueillir juste ce dont on a besoin. Improviser avec ce qui est prêt. Vivre…
Je me suis réveillée complètement soulagée.
J'<3 mes rêves!

Et en même temps très frustrée d’avoir oublié une partie de la solution. Il n’y avait pas que ce jardin. Une histoire de bocal? Pourquoi, après m’en être souvenue au réveil, l’amnésie arrive-t-elle dès la position debout? J’ai essayé en transe, rien ne revient.

Est-ce si important?

Capture d_écran 2018-03-13 à 11.16.48

AUTOHYPNOSE: MEMOIRE CACHEE

L’hynose peut être utilisée dans bien des cas…

J’ai retrouvé des clés (qu’une amie m’avait confiées pour réceptionner de colis dans son appart en son absence) après avoir retourné mon propre mini-appart 3 fois (vraiment, des heures et des heures de fouille rageuse).

En troisième essai d’auto-hypnose: eureka!!! Je les vues dans la poche de mon blouson que j’ai rangé dans les boites de stockage chez mon père pour l’hiver (vu la taille des apparts à Paris, je change mes fringues 2 fois par an en Belgique). Un coup de tel, il vérifie: bingo! Et vive chronopost!

fdead27af497d8ccb2cb3e2a6db7039a--image-transfers-brain

BEAUTE FATALE

Une cliente arrive pour un soucis d’image corporelle. Anamnèse: c’est sa lecture de ce livre qui a déclenché un véritable insight chez elle. Elle a décidé d’en finir avec son rejet du corps, de se transformer physiquement et de transformer ses représentations, ses attentes (je ne me souviens pas de ses mots exacts). Elle est prête, chauffée à bloc. Le livre est dans ma bibliothèque aussi. Elle le prend comme un signe. On est raccord. Go!

PS: en suivant le lien, vous accédez au texte. Les éditions ZONES offrent certains ouvrages en ligne aux lecteurs. Bonne découverte!

Mona Chollet, Beauté fatale, Les nouveaux visages d’une aliénation féminine, Zones Editions

Capture d_écran 2017-10-14 à 21.05.38

GRIS.E

Après un rêve éveillé dirigé de groupe, l’un des participants partage sa rencontre avec sa partie féminine, qu’il décrit comme accueillante et confortable mais grise, alors qu’il la voudrait pleine de couleurs.

Et là, il prend conscience de la teinte de son sweat 🙂

Capture d’écran 2018-02-20 à 18.15.52.png

PEUR/COLERE

Un.e accompagné.e me racontait que son père mettait la barre très haut et n’était jamais satisfait de ses résultats. Les engueulades du père reprenaient les notions de « bon.ne à rien », « incapable », « insuffisance », etc.

Nous sommes tou.te.s les deux parti.e.s sur l’idée d’une forte pression à la réussite, donc peur de l’échec, donc sabotage, etc. Cette hypothèse a alors été mise en jeu dans un voyage hypnotique où les questions sont posées sans orientation, avec un élan non directionnel.

Et là, surprise! La colère apparait: l’enfant caché.e sous la table pour échapper à ce père insatisfait et très menaçant dit « je me vengerai! ». Le sabotage permanent pour s’empêcher de réussir ne venait donc pas d’une peur de ne pas être à la hauteur mais d’un sabotage de l’idéal paternel par colère. Insight profond. Buuugggggg…

Encore une étape de passée, sur ce chemin vers son intention. Encore un noeud dénoué. Encore une profonde respiration de soulagement. Encore un pas vers la liberté.

Décidément, j’aime les rêves!

Capture d_écran 2018-03-28 à 13.10.57

LE RITUEL DU POIVRE

L’arrêt du tabac est l’une des demandes les plus répandues en séance d’hypnose. Comme vous pouvez le lire dans mon article sur les compulsions-addictions, c’est un sujet sur lequel je planche beaucoup.
Lors de sa première séance, un accompagné très motivé à travailler à tous les niveaux pour arrêter de fumer m’a confié que, d’un point de vue physique, la compulsion lui semblait venir de la bouche elle-même, comme si elle exigeait d’être remplie par la fumée et insistait jusqu’à obtenir son dû.
L’idée m’est donc venue de choisir un rituel à la hauteur de ce goût tant désiré (désiré et en même temps rebutant, car le goût de la clope et la lourdeur de la langue ont souvent un côté attraction-répulsion, en tout cas pour lui c’était le cas).
Nous avons d’abord travaillé en première séance sur ce qui pouvait être mis en mouvement « dans le fond », dans la transformation des processus habituels (voir l’article. Ici: futurisation, séparation de l’intention positive et de la solution-cigarette, sous-modalités des deux parties, transformation d’un lien, intégration avec sensations dans le ventre).
Restait à gérer cet appel que la bouche n’a pas daigné négocier en transe, lors de cette première séance.
Prescription de tâche: à chaque exigence de la bouche pour une clope, un grain de poivre sur la langue, sans croquer, en mettant tout le focus sur les sensations. Le rouler, jouer avec, jusqu’à avoir l’impulsion forte de le cracher au loin, l’expulsion étant accompagnée d’une intention claire d’expulsion de la compulsion.
Notez que le poivre de Sichuan fait vibrer les lèvres et les muqueuses. Son emploi est encore différent du poivre noir, rose ou blanc. C’est au choix 😉
Essai concluant: « le je » s’amuse de l’observation de la stimulation, la compulsion est oubliée grâce au focus sur les sensations étranges, l’expulsion soulage. Et la bouche est ok avec le procédé transitionnel, qui l’intrigue et la distrait.
Je réitère dès lors avec les accompagnés joueurs et intéressés par les expériences (cette prescription est loin de convenir à tout le monde!). Work in progress…
Dans l’arrêt du tabac, les étapes sont plus ou moins nombreuses et plus ou moins longues Certaines personnes arrêtent en une séance car elles ont bossé en amont par ailleurs mais, souvent, il y a du lourd à nettoyer au fil de quelques séances pour s’émanciper de l’habitude, de la fidélité…
Et comme les transformations, selon mes croyances, passent par le corps (changement de focus sur les sensations, changement de posture, d’appuis, de respiration…), autant le stimuler par une hypnose créative!
La complicité entre « le je » et « ce qui n’est pas ressenti comme je » (un dividu/ego-state, une partie du corps qui appelle la compulsion…) peut ainsi passer par l’accueil, l’écoute, la tendresse, mais aussi par le jeu et la taquinerie douce pour poser des limites et pour ouvrir d’autres stimulations et explorations.
J’utilise beaucoup de prescriptions de tâches, le plus souvent données par les dividus (//ego-states), mais aussi que j’invente en fin de séance, soit pour répondre par le décalage et/ou recadrage à un processus résistant, soit pour approfondir un mouvement initié en séance, tout en impliquant la personne au niveau de sa volonté, au niveau de son corps et au niveau de son apprentissage d’autohypnose (ou « comment gérer les transes spontanées en se les appropriant »).

Capture d’écran 2018-01-26 à 19.17.55.png

 

DE L’UTILITE DE VOLER

– Rêve lucide (avril 2017) –

Des bourgeois coiffent leur chien avec des élastiques et bandeaux, pour que ses poils ne lui cachent pas la vue. Car ils veulent lui apprendre les dangers de la falaise. Pour cela, ils font tomber d’autres animaux, espérant que leur chéri comprenne la cause à effet. Je fulmine en voyant passer deux renards, qui galopent vainement dans les airs en filant vers le sol. Moi je ne risque rien, je vole, mais je ne peux rattraper et sauver les renards. Colère.

Plus tard, face à la mer déchainée, assise sur des rochers, je m’envole vers l’arrière avec les bourrasques. Plusieurs bonds de quelques mètres. J’ai confiance. Mais je sais que la mer, le vent… vont se fâcher contre l’humain.

Bientôt, des villages commencent à tomber.
Pourtant, j’aime toujours la mer.

13876434_281710538851482_125634328463266683_n

 

CHANGER DE PEAU

Comment se débarrasser de la honte d’avoir été abusé.e si longtemps pendant l’enfance?

Par le REAH

« L’adulte et l’enfant traversent ensemble une forêt de serpent sombres. Ils sont nombreux, immenses et surtout, ils ont « une peau dégueulasse ». Je précise alors aux deux voyageurs.euses que les serpents muent, ils changent de peau en grandissant et laissent leur « peau dégueulasse » pour en ressortir tout lisses, certainement avec de jolies couleurs. Il suffit pour cela de les accueillir, de leur souhaiter la bienvenue. Un temps de réflexion et de peur « avoir un copain serpent, ça doit être quand même très très bizarre ». Puis l’accueil se fait (le nez un peu froncé mais bob…). Très vite, les serpents commencent à muer, ils deviennent colorés, certains, même, développent des arc-en-ciels, des paillettes… les serpents transforment leur peau et le paysage qui devient joli. Après avoir contemplé ce spectacle, les deux protagonistes demandent au serpent guide de les mener à la rivière. La troupe se met en marche. La rivière débouche sur la mer. Une mer magnifique et magique. Baignade, les peaux dégueulasses de la honte pèlent. Les protagonistes se nettoient et profitent du massage des vagues. Puis vient le temps du repos, dans la cabane safe-place reconstruite deux séances plus tôt. »

Intégration, merci aux serpents, demande aux dividus des tâches à effectuer dans les jours qui viennent (prendre soin de la peau par un bain, la piscine, des crèmes…) et retour au réel partagé. Bravo!

Capture d_écran 2018-03-13 à 12.43.52

EN SCENE!

Après le travail hypnotique (régression, transformation de lien, récupération de ressources, etc), place à la futurisation pour s’assurer que tout est au point.

Mon accompagné se retrouve dans une salle de spectacle, sur scène. Il me voit dans la salle, installée en oeil extérieur. Car le metteur en scène ce n’est pas moi mais bien le débonnaire Bugs Bunny!

Acte 1 scène 1, première! Puis seconde, 3è, 4è, 5è… les enchainements rendent la scène de plus en plus fluide (à force de réflexions, de mains sur l’épaule et de… coups de pieds au cul).

Acte 2… idem, à part un autre noeud à réglé (parachuté pour le dénouement puis rapatrié pour la scène).

Quand tout est au point, la salle se remplit. Et finalement, ce n’est plus du stress mais une excitation pétillante qui piétine derrière le rideau.

Merci Bugs, très cher collègue.

The_Bugs_Bunny_Show_title_card

LE PAYS DE NULLE PART

« Deuxième à droite et tout droit jusqu’au matin», tel est le chemin qu’empruntent Wendy, John, Michael, Peter et Clochette pour se rendre au pays de nulle part. »
Peter Pan, par James Matthew Barrie (1860-1937)

original

VOLER

J’avais l’habitude de parcourir les bois à cheval avec mon ami, jusqu’au jour où son dos usé l’a lâché. Au salon, confortablement installé, il a alors parcouru sa nature chérie en… volant sous hypnose.

Son épouse s’est endormie dès l’induction. Lui a voyagé en long vol plané, ravi de découvrir d’en haut les contrées qu’il ne pouvait retrouver en bas .

Pensées là-haut, Michel. Vous avez été un compagnon de balade et de connexion magnifique!

P1050271

PAONS COQUINS

Séance au parc de Vincennes (pas dans le bois, sur l’îlot).

Les paons se rapprochent de plus en plus, les corneilles aussi (sans parler des pigeons qui volent en piqué)… c’est à qui sera le plus informé de ce qu’il se passe de bizarre sur ce banc! Mais que font-iels donc!?

Une paonne gagne le gros lot: quand mon client ouvre un oeil, elle a quasiment le bec sur sa main. Super ancrage pour sa safe place 🙂

Les animaux sont attirés par la transe, même les oiseaux!

Paonne-bleu-lac-daumesnil-Vincennes-IMG_8279

AUTOHYPNOSE ANALGESIQUE

Je viens d’éviter un rdv avec l’anesthésiste (pour une opération, donc) en permettant à ma gynécologue de réussir son challenge sans devoir passer par la salle d’opération.

Vive l’autohypnose! Et merci à cette professionnelle de m’avoir prise au sérieux quand je lui ai annoncé qu’il ne fallait pas interrompre son geste lorsque je soufflais fort mais au contraire le poursuivre tranquillement car je traversais la douleur grâce à l’hypnose avec le souffle et la voix.

Elle m’a crue. On a gagné! Youpiii!!! (août 2017)

identite-sonore-sound-design-corporate-620x400

NETTOYAGE

Après avoir été harponnée par un sacré pervers, une cliente s’est retrouvée avec « de l’eau sale dans la tête », comme une éponge qui fait pression et déborde dans l’oreille qui a entendu trop d’horreurs (et tac: otite!).

En douceur, elle a posé des drains, actionné la pompe et tout nettoyé, en chantant et en dansant des mains, créé une bulle confortable qui filtre les bonnes énergies et fait rebondir les saloperies, rechargé son énergie et connecté ses gouttes de pharmacie avec des mots doux.

A la fin de la séance, elle riait. Moi aussi.

Youpi!

les-questions-les-plus-fréquentes-concernant-mr-propre-nettoyant-concentre-multi-usages-3-size-2

RÊVERIES TROUBLES

«D’ailleurs, vous aussi devez connaître des rêveries troubles, n’est-ce pas?» Milton H. Erickson

Capture d’écran 2018-02-20 à 18.01.04.png

VOUVOIEMENT

Première séance. Mise en place du rapport. Nous optons pour le « tu » et plaisantons autour du « vous », qui nous semble (en synchronisation), bien obsolète.

Travail. Le rêve est long et fantastique. Cascade de compréhensions profondes et d’aventures ubuesques.

Après une heure, il est temps de clôturer. La joyeuse équipée se dirige donc vers une safe place tranquille. C’est une ferme, dont je demande à rencontrer l’hôte. Un cochon altier se présente. Malgré moi, je ne peux que le saluer en lui donnant du « vous » et du « monsieur ». Ca me semble carrément évident, naturel.

Oups! J’aime la transe…

verrat

SYNCHRONICITES

Il m’arrive souvent de constater que les demandes de mes client.e.s ont des points communs avec ce que je traverse ponctuellement (du deuil à l’invasion d’insectes, en passant par l’insécurité liée à une NRE 😉 )
Je me dis régulièrement que c’est chouette de travailler sur une problématique qui pourrait résonner mais que je parviens à garder hors de moi (ne pas être impactée, rester uniquement avec le client, sans affect ni images personnelles).
C’est tout d’abord un excellent entrainement de positionnement propre (alignement, etc).
Et en plus, sans y penser, j’ai remarqué à plusieurs reprises que ça me faisait aussi travailler par ricochet (rêve nocturne), comme une prise de hauteur, un recadrage en somme.
La vie est bien faite !

20882836_2038939646334229_4040367540667048481_n
Mallarmé, « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ».

ACCOMPAGNE.E.S PAR UN LUTIN

Plusieurs accompagné.e.s, qui ne se connaissent pas, ont parlé de moi en tant que lutin, en séance. J’ajoute dès lors ce dividu à mes autres facettes!

Je me souviens de cette phrase de Michelet: «Le soir, derrière l’enfant et le chat, le lutin se tapit dans la cheminée…».

Je complète avec des extraits de Wikipedia (je trie évidemment comme je l’entends): Les lutins sont très inconstants, d’où le nom des follets (petits fous). Tous les récits de lutins leur prêtent des capacités magiques. Les lutins peuvent aussi se rendre invisibles, le plus souvent grâce à un objet tel qu’un bonnet ou une cape. Ils utilisent leurs pouvoirs au bénéfice des gens vertueux. Enfin, s’ils sont réputés agités et courent souvent dans tous les sens selon les croyances, les lutins peuvent aussi se déplacer sur une grande distance bien plus rapidement que les humains. La capacité à se métamorphoser et à changer de taille est l’une des particularités les plus typiques des lutins dans les récits à leur sujet. Les lutins prennent aussi l’apparence d’animaux, voire se changent en objets. Leurs métamorphoses animales sont variées, incluant surtout le cheval et la grenouille, puis le chat et le serpent.  Un certain nombre de textes, dont Les Évangiles des quenouilles, lient le feu follet au lutin (luiton) en disant que ce dernier apparaît parfois sous la forme d’une petite lumière. De manière générale, les récits de lutins provoquent quatre types de réactions chez les personnes qui les connaissent : l’acceptation totale et le partage de la croyance, le refus pour des motifs rationnels mais l’acceptation pour des motifs émotionnels, la considération comme une source d’amusement destinée aux enfants, et enfin le rejet total, incluant la négation de toute connaissance des « anciennes traditions ». L’histoire des mutations culturelles inclut naturellement des phases de totale acceptation des croyances envers les lutins, et des phases de rejet. Pour le psychanalyste Carl Gustav Jung, les gnomes et lutins sont des dieux nains « chthoniens », des homoncules comme les Cabires, et un symbole des « forces créatrices infantiles » qui « aspirent éternellement à passer des profondeurs vers les hauteurs » Ils possèdent de nombreux traits psychologiques propres aux enfants, se montrant alternativement joueurs, sages ou cruels. Selon la psychologie analytique, ils sont l’une des manifestations symboliques de l’archétype de l’enfant intérieur (ou puer aeternus: « enfant éternel » en latin), la part enfantine qui existe en chaque adulte, quel que soit son sexe. Lorsqu’il représente également le développement harmonieux et spontané de la psyché, l’enfant intérieur est le germe de la totalité psychique.

Dubois-Pierre-La-Grande-Encyclopedie-Des-Lutins-Livre-159765030_L.jpg

DANSER PAR LA PENSEE

-Danser par la pensée-
Un certain Milton a lui aussi bougé par la pensée, jusqu’à récupérer l’usage de son corps. Hypnotique!

“Chaque jour il faut danser, fût-ce seulement par la pensée.”
Nahman de Braslaw

BeachBirds, 1991, Merce Cunningham Dance Company
BeachBirds, 1991, Merce Cunningham Dance Company

(RE)APPRENDRE A REVER

Régulièrement, des personnes viennent en séance pour (re)trouver leurs rêves.

Rêves nocturnes, rêves lucides, rêves éveillés libres ou simples rêveries sont en effet souvent encagés dans le quotidien fait d’agendas, de listes, de conversations repassées, de futurisations répétitives, de ruminations familiales, d’angoisses… ou carrément de vide.

Où se cache donc l’imaginaire?!

En expérimentant le rêve éveillé sous hypnose, une fenêtre s’ouvre déjà: le rêve est bien là. Il se déroule, s’ouvre, éclôt, offre des représentations, des cheminements et des espaces-temps inédits (qu’il est possible de retrouver seul.e par la suite).

En apprenant à jouer avec l’imagination volontaire (imaginer volontairement un élément, respirer pour aller vers tel espace temps, demander « + de… », etc) et l’imagination active (laisser faire le rêve), chacun.e s’ approprie un outil magique d’entrainement, surtout au rêve éveillé et au rêve lucide.

Et puis, en allant à la recherche du rêve comme une quête au trésor dans l’imaginal, des transformations s’opèrent, des éléments se dénouent, se nettoient, s’ouvrent, se ressourcent… et les personnages-représentations responsables des rêves négocient leurs besoins et désirs et se concilient pour « un rêver » à la fois agréable, ouvrant et libérateur.

Personnellement, « le rêver » m’est indispensable, que ce soit seule ou en groupe. Car créer sa vie son oeuvre son monde permet non seulement de transformer sa propre réalité, mais aussi de transcender les peurs pour construire des représentations, des intentions, des idéaux collectifs, ensemble.

Je cogite un stage sur le rêve (nocturne, lucide, éveillé libre, éveillé dirigé, rêverie, rêve de groupe…). En attendant, voyez mes articles sur le rêve lucide et sur le rêve éveillé, ainsi que le prochain atelier, à Bruxelles ce jeudi 14: https://www.facebook.com/events/1645867192140130/

Il suffit d’oser!

24174417_719437538266494_3852052324828366578_n

JOLIS INSECTES

J’ai eu un accompagné pour une phobie des insectes il y a quelques mois. Quelques temps après, il prenait une bestiole en main pour la mettre dehors, sans se rendre compte que c’était totalement étrange pour les potes. La prise de conscience du changement est venue du regard extérieur.

Quelques mois après, il cohabite avec une araignée à laquelle il a donné un nom sympa.

Dans son rêve, les dividus aidants étaient… des insectes mignons (comme dans un dessin animé). Ce sont eux qui ont emmené, libéré, transformé, rassuré…

Je n’ai fait que suivre. Etape par étape, iels ont bien bossé. Voilà!

Crocothemis erythraea (2)

DIVIDU TIMIDE

Je tentais d’avoir un signaling physique (réponse par un mouvement non volontaire)… et il n’arrivait pas… quand j’ai eu l’intuition de fermer les yeux et d’annoncer que je les garderais fermés si le dividu se sentait plus en sécurité ainsi.
Et là, le pied s’est mis à gigoter. Puis la main. Puis les sourcils… en réponse à différentes questions.
Rire et connivence profonde. L’accompagné.e se marrait aussi et me disait précisément «ce qui» répondait « quoi », où et comment.
Je connaissais le travail hypnotique sans paroles de l’accompagné.e. Là, j’ai découvert une autre façon de « travailler à l’aveugle », dans la joie, la bonne humeur et la synchro!
Capture d_écran 2018-02-25 à 14.11.50
http://www.raphaelledegroot.net

AU NIVEAU DES BACTERIES

Je suis souvent étonnée du ressenti des accompagné.e.s, très précis au niveau de la « profondeur » de travail (qui ne doit pas être confondue avec la profondeur de transe).

Parfois, il est nécessaire de commencer par faire un tour de paysage, ou déblayer en surface, ou faire connaissance ensemble et avec la transe en testant, en jouant… Parfois, ça va très vite et très loin dès la première séance (avec des personnes qui me connaissent déjà le plus souvent ou avec des exploratrices/teurs avertis).

Une réflexion de décembre: « j’avais déjà bossé sur ce problème plein de fois et j’avais l’impression que ça avait avancé. Mais en fait, c’est comme si je n’avais fait que prendre les poussières lors de ces expériences. Aujourd’hui, on a vraiment bossé dans les tripes, au niveau des bactéries des intestins, si tu veux l’échelle ».

Ok… ravie!

Fotolia_92533760_S.jpg

MODIFIER SON REGARD

Dans l’exercice ci-dessous, les cercles sont occultés par le cerveau, car ce dernier essaie d’interpréter ce qu’il voit – créant une vision déformée de la réalité, où ce que nous voyons ne colle pas avec ce qui en fait est devant nos yeux. Avec une consigne très simple du « comment modifier le regard », les cercles apparaissent de suite (en tout cas pour moi).

Voilà une sacrée métaphore sur notre façon d’envisager le monde! Ce que je perçois dépendrait donc de ce que je pense? Des consignes que l’on me donne?!

Ca vous rappelle quelque chose d’hypnotique? 😉

Le jeu complet est  ici

Capture d_écran 2017-10-02 à 12.26.35
Certaines personnes identifient les cercles rapidement, mais bon nombre d’entre elles passeront une éternité à les chercher. Essayez pour voir – pouvez-vous identifier les 16 cercles dans cette image ?

DISSOCIATION DANS LE REVE NOCTURNE

La richesse des rêves, qu’ils soient éveillés, dirigés, nocturnes, lucides… me réjouit toujours! Apprendre à ouvrir l’espace des rêves et à s’en souvenir vaut vraiment la peine 🙂

Cette nuit, j’ai rêvé que je créais des petits sons isolés et des drones, – comme des enveloppes sonores en 3D – et que je les dirigeais (fréquence, amplitude, allure, vitesse,direction, densité, température, couleur, texture, odeur, altitude…) pour me soulever, me faire trembler, me titiller, me bercer, me faire tourbillonner, m’endormir…

La scène se passait dans un pré – vert, doux et frais-, au crépuscule. J’étais à la fois joyeusement active et imaginative à la table de mixage et totalement relâchée, en lévitation au dessus de l’herbe, avec d’autres personnes qui flottaient dans les courants des sons.

19055227_10211455062204103_8824754939754952056_o

CONNEXION ANIMALE PAR AUTOHYPNOSE

Dans un parc de Bruxelles, j’observe une magnifique petite chatte tricolore, absorbée dans sa chasse ,qui fuit les humains tentant de l’approcher, pour ramper vers les oiseaux en frétillant de l’échine.
Je m’arrête à quelques mètres, à côté d’un buisson, et me mets à ronronner en me connectant à l’environnement.
Quelques minutes plus tard, la demoiselle chasse de plus en plus près, jusqu’à venir se poster entre mes pieds, toujours fixée sur les branches où elle entend/imagine ses proies, comme si elle ne me voyait pas. Je continue à ronronner sans bouger.
Elle fonce dans un arbre (moi je ne vois pas d’oiseau), attaque l’air, s’arrête, puis s’engage tranquillement sur une branche qui vient vers moi, à hauteur de visage, me regarde pour la première fois et me lance un rrraouw? La conversation s’engage donc…
Ensuite, nous jouons (à chats). Puis elle repart en chasse. (mai 2017)

D’autres témoignages  ici: « Les chats et l’hypnose »

18595403_435058136850054_4649937132654330629_o

CA VA?!

Je suis souvent en recherche multisensorielle, en exploration vitale (dans cette perspective holotropique dont parle Bernadette Blin), ce qui, dans le monde normé, donne quelquefois un  « elle est bizarre » car je ne m’encombre pas nécessairement des codes mondains dans les relations interpersonnelles ou dans les relations au monde (ex: envisager un chien comme un être vivant communiquant et non comme un animal domestiqué que l’on est censé pouvoir toucher en position haute, sans son consentement). Il ne s’agit pas de dissociation. Nous sommes nombreux à envisager le monde par ce biais (animaux et personnes). c’est un type de « mode au monde » ouvert, intuitif, hors carcan établi.

N’importe quel contexte peut me permettre d’exercer un micro ou macro changement dans un processus ou d’adhérer pour un moment à des patterns que je ne connais pas et que je découvre chez quelqu’un d’autre ou de jouer avec le conditionnement de mes sensations ou de me connecter profondément à un être et de plonger entièrement dans cet espace partagé ou de vivre un instant magique juste en étant là à 100 pourcents dans une action banale ou de faire une rencontre à la croisée des mondes… ce qui m’intéresse est l’accès aux essentiels et à des façons de ressentir-penser-danser… différents de ceux dont j’ai l’habitude. Plus la palette est nuancée, plus la vie est! Just be

Comment reconnait-on les exploratrices/explorateurs? Il ne s’inquiètent pas en voyant quelqu’un hors contact normé (pas de posture convenue ni conversation pluie-beau-temps ou politique ou café). Leur « Ca va? » passe par la vibration. Leur corps parle. Complicité.

J’en croise pas mal. Les bains de connexion font un bien fou!

« Plus je vieillis et plus je trouve qu’on ne peut vivre qu’avec les êtres qui vous libèrent, qui vous aiment d’une affection aussi légère à porter que forte à éprouver. » Lettre de Camus à René Char, 1957.

Pour une référence en la matière, regardez la video de Bernadette Blin, lors de son intervention au cours d’hypnologie, à l’Arche. Vers 26’57 »-> 38′: normalité, normose, psychopathologie de la moyenne, médiocrité acceptable /// expériences paroxystiques, expériences non ordinaires de consciences, états d’expansion de conscience /// psychoses. Après Bernadette Blin parle du mouvement transpersonnel, c’est bien aussi 🙂

Capture d_écran 2017-11-26 à 13.04.50

QUI REGARDE? 

Je replie mon hamac et me mets en route. Une grosse libellule me frôle et s’arrête sur une branche juste devant moi. Je m’arrête et me vide de mes intentions (je ne désire rien, je suis juste là, je fais partie du monde), immobile, les yeux fixés sur elle. Elle repart, fait un grand cercle et revient sur la branche, un peu plus près. Et encore un cercle vrombissant et se repose, de plus en plus près, plusieurs fois.

Je peux voir le moindre détail de ses ailes, de ses yeux, de ses pattes… et elle aussi! Clairement, elle me regarde. Le moment est intense. Nous nous laissons nous regarder en profondeur.

Elle repart, un cercle, se repose, encore plus prêt. Et là, j’entends très distinctement… le son de ses mandibules.

ZyeBT02N8cNu8aMhBWEBgHmqRfA@850x398

MAUVAISE HERBE?!

Mauvaises herbes ou plantes médicinales?
C’est une question de représentations!
Jef Geys, l’un des artistes belges phares, travaille sur les plantes qui poussent entre deux pavés depuis pas mal d’années (j’ai découvert ‘quadra medicinale’ à la biennale de Venise en 2009)
En 2017: « Le Tour de France 1969 d’Eddy Merckx de Jef Geys / Les Plantes Médicinales », du 02 juin au 13 août 2017

L’art contemporain et le recadrage 🙂
http://i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/2017/401_JEF-GEYS

17426049_406649066357628_6126372836036732799_n

SYNCHRONICITE

Retour de pique-nique, il est tard, nous sommes chargés. L’arrêt de bus n’est pas desservi, il va falloir marcher. Les enfants râlent, ils sont fatigués…
Je commence à chanter « 1 km à pieds, ça use, ça use, 1km à pieds, ça use les souliers… La peinture à l’huile… 2km à pieds… ». Le rythme est entrainant, nous parcourons joyeusement plusieurs arrêts avec la ritournelle.
Nous en sommes à « 26km à pieds… » quand nous rejoignons le premier arrêt desservi, où le bus 26 arrive en même temps que nous.
Magie! (juillet 2017)

Capture d_écran 2017-08-08 à 15.02.18

UN POTEAU ALLERGISANT?!

Le mystère du commencement de certaines allergies (et de bien d’autres troubles) s’éclaire en écoutant les enfants. Merci à Isadora (6 ans) pour ce dialogue édifiant avec sa maman! En hypnose, c’est exactement ce genre de logique décalée que l’on découvre sous les couches de la rationalité dominante et que l’accompagné a alors l’occasion de transformer, pour se libérer de liens de « causes à effets » limitants.
– « Maman ze crois que ze suis allergique à ce poteau, là. » (banal poteau au coin de la rue)
– « Ah bon? »
– « Ben oui quand ze me suis approchée du poteau ben zai éternué d’un coup. » (juillet 2017)

20245388_467366473619220_2265033617608966466_n-1

SORCIERE

Première séance, une accompagnée découvre son premier dividu (sans que je présuppose quoi que ce soit): une sorcière sombre et maléfique. Elle bloque face à cette part d’elle-même qu’elle ressent comme autre et comme dangereuse.

J’accueille la sorcière, en lui disant que, « souvent, les apparences de dureté, de méchanceté, sont là par protection et qu’elle doit avoir vécu bien des épisodes douloureux pour avoir choisi cette représentation-là. L’espace-temps de la séance est pour elle, elle peut se sentir écoutée, prise en considération. Bienvenue et merci d’être là. »

L’accompagnée me dit alors que la sorcière s’est transformée en une petite fille qui pleure. Elle la prend dans les bras, pleure avec elle, l’écoute, lui parle… A la fin de la rencontre, elle passe un pacte d’actions concrètes avec l’enfant, qui commence à sourire, à pétiller, timidement.

Quand elle sera rétablie et vraiment en confiance, nous reparlerons de ses pouvoir magiques 😉

Mary Wigman by Charlotte Rudolph
Mary Wigman by Charlotte Rudolph

CONSEIL DES GENIES

Le principe du conseil des génies est pas mal en séance. J’adore les recadrages qui en ressortent. Hier (fin octobre 2017), je l’ai un peu mixé avec la négociation de parties.

Quand l’accompagné.e a rassemblé son équipe, j’ai suggéré d’inviter aussi sa propre partie marrante (celle qui rigole, dédramatise, s’amuse, pointe les bécasses) et aussi sa propre partie soignante-sage-magicienne (selon sa représentation) et de demander si quelqu’un d’autre voulait se joindre au groupe.

Du coup, iel a aussi mis dedans « une Marie Lisel, qui est en pleine forme » (contrairement à moi, car j’éternuais et je toussais pas mal). Cette Marie parlait d’une voix claire, était habillée différemment de moi et était indépendante, je ne la contrôlais pas, elle vivait dans le rêve de l’accompagné et non en moi (elle m’a même fait une blague-recadrage à moi à travers son rêve à iel). Comme une représentation de moi en mieux par l’accompagné.e en somme.

La séance a été dingue (une de ces séances dont on se souvient)… et l’accompagné.e a dénoué plein de noeuds avec son équipe.

Youhou!

martin-parr-hungary.-budapest.-szechenyi-thermal-baths
Martin Parr

ALAN MOORE

« Moi, j’ai décidé de me mettre à la magie et ça a été une étape vitale. Bien sûr, ça a inquiété mes proches, mais je n’avais pas le choix. Les gens pensaient que c’était dangereux, mais d’après moi c’est le contraire : ce qui est dangereux, c’est de ne pas faire de magie. La magie, c’est comprendre le merveilleux tourbillon des significations, c’est faire l’expérience de son humanité, et ça m’a aidé dans mes réflexions. »
Alan Moore, Les Inrockuptibles n° 1133, p. 31

Le film: « The Mindscape of Alan Moore chronique la vie et l’oeuvre d’Alan Moore, un scénariste de bande dessinée et écrivain britannique plus particulièrement connu pour son travail sur les comics Watchmen, V pour Vendetta et From Hell. Outre sa carrière émaillée de succès internationaux et de récompenses prestigieuses, Moore de distingue par sa personnalité. Végétarien et anarchiste, il se présente aussi comme un magicien et un adorateur de Glycon, une divinité-serpent romaine, oracle initialement adoré dans la ville d’Abonuteichos, en Paphlagonie (Anatolie). »

21013892_2038979379663589_2831925941118379160_o
Alan Moore

UN MONDE MERVEILLEUX

« On vit dans un monde merveilleux d’images et d’objets, Il suffit d’ouvrir les yeux ».
Hervé Di Rosa (exposé à la Maison rouge)
http://www.parismatch.com/Culture/Art/herve-Di-Rosa-Monstres-et-merveilles-1152824

15826125_366724817016720_299894472343129270_n.png

DEUX RENARDS

Cette pièce électroacoustique me régénère en transe douce, depuis longtemps. Elle est de François Dumeaux et s’appelle « Deux renards » (2013).
« Pièce en trois parties, mêlant synthèse modulaire et phonographies naturalistes. Simulacre, mimétisme, apprivoisement, charme, sortilège, et mystère ont été les principales notions qui en ont guidé la composition. »
A écouter sur soundcloud

13876434_281710538851482_125634328463266683_n

DIVIDU FARCEUR

Nous en sommes à la discussion préliminaire (glissement tranquille de l’accueil à la DO).

J’écoute et j’observe ce que « dit » un.client.e: D’un côté j’ai envie de foncer… (sa main droite s’agite vers l’avant), mais en même temps… (sa main gauche s’ouvre et monte en souplesse).

L’explication se poursuit un moment. Au moment de présenter le teaser, j’utilise ce que j’ai observé des mains, comme exemple de gestes non conscients reliés à des « parties » dont les intentions et les peurs sont différentes.

H. m’écoute attentivement. Et, lentement, sa main droite se lève et va se placer, le majeur tendu vers le haut, barrant les lèvres, les autres doigts repliés sur le menton. J’éclate de rire: la partie fonceuse est aussi farceuse! Elle vient de me faire un doigt d’honneur!

Le temps d’expliquer à H. la blague qu’elle vient de nous faire et de rassurer les parties sur notre alliance en riant « tous ensemble », le rapport est parfait. Et c’est parti!

3253467018_1_3_iaNXm0eN

NETTOYAGE EN TRANSE DANS LA SEMOIS

L’un de mes souvenirs les plus vifs de cette année 2017: partager avec des stagiaires la transe avec les petits poissons qui viennent manger les peaux mortes des pieds.

Un trip que je vis depuis longtemps mais que je n’avais jamais testé en atelier. Waw!

 

058
Pieds d’un stagiaire

WOODY 😉

Simon Roussin, « woody allen in stardust memories », 2016
sérigraphie disponible sur ww.artsfactory.net

15390795_353553991667136_4734217492480544395_n

JUSTE LA VIE

« bon… il ne s’est pas passé grand chose, j’ai juste remis de la vie dans ce qui était tout mort et tout sec » dixit un.e client.e, tout juste sorti.e de son imaginal.

Machaon

VOLER, NAGER… C’EST PAREIL

Ma filleule, 7 ans, priée d’aller se coucher à 22h: « Marraine, tu m’ensorcelles s’il te plait? J’ai pas sommeil ».
Du coup, me voilà partie pour une discussion entre nounours et doudous sur les couleurs des rêves, les joies du sommeil, les voyages dans des pays merveilleux… que le raton laveur conclut très joliment, d’une voix de fillette ravie: « quand tu voles, c’est comme quand tu nages dans une piscine, à part qu’au lieu de boire la tasse, tu respires encore mieux! ».
Voilà! Belle nuit (avril 2017)

16266244_380626465626555_6166719559989128986_n

MONTE LE SON

Un.e client.e rencontre un personnage allégorique dans un voyage. Je lui demande de l’observer, de le ressentir (vibration, chaleur, émotions, impressions…) et de l’écouter attentivement, sans rien faire.

Iel s’impatiente « Moi je veux bien mais je ne l’entends pas, il parle mais le son est coupé ». Je lui propose l’outil du potentiomètre.

Après quelques essais : Hé, mais ça marche! C’est dingue ce truc, j’entends sa voix! 

eliane-radigue
Eliane Radigue

VISION

Je me suis arrêtée devant ce tableau, au Musée d’Orsay.
Une vision – les yeux fermés – après avoir entendu une histoire… serait-ce un rêve éveillé?
Paul Gauguin, « La Vision après le sermon ou La Lutte de Jacob avec l’ange », 1888, huile sur toile, 72.20 x 91.00 cm, National Galleries of Scotland, Edinburgh.

17800187_412911049064763_4585558093302547585_n

QUAND L’ENFANT RIGOLE 

Lorsqu’un système de défense est solidement en place depuis des années (compulsion, gêne physique, phobie, processus répétitif…) et que l’on cherche à éclaircir avec l’accompagné.e ce que ce système protège-défend-maintient, l’a priori est souvent un dividu de l’enfance.

Or, parfois, c’est carrément l’inverse! Je me souviens de cet enfant de l’imaginal, grimpant aux arbres… joyeux, spontané, tellement vivant, qui rassurait le “je” de soixante ans, le réconfortait, l’emmenait par la main vivre des aventures et des découvertes, le serrait dans ses bras, pendant plusieurs séances. Il lui a véritablement rendu la confiance et la joie.

Et il a fallu ce temps de la confiance et de l’alliance pour que la partie protégée par le symptome puisse se montrer. Sombre, apeurée, en colère, morbide. C’était un adolescent. Là encore, l’enfant jouait, riait, s’émerveillait… aux côté de l’adulte d’aujourd’hui et de cet ado décharné qui hurlait et tremblait terriblement. C’est ce dernier que j’ai finalement accompagné pour qu’il résolve l’histoire, en affrontant son agresseur, puis en l’accueillant, puis en lui pardonnant, puis en le laissant. Les deux autres sont restés présents mais en arrière-plan. Et finalement, le “je” s’est réveillé tranquille, libéré et… épuisé. Il y a des séances qui énergisent et d’autres qui demandent de longues siestes en rentrant.

Je vis de magnifiques libérations à travers les séances où j’accompagne non seulement des personnes mais aussi chacun de leurs dividus. C’est une véritable équipée de transformation, dont la boite à outils que je suis fait partie.

jerome_bel_im
Jérôme Bel

UNE SEANCE COMME CADEAU

C’est une première: un client.e  présentant des douleurs physiques, qui vient de passer une première séance très intense (je n’ai pas poussé, iel en avait visiblement besoin, émotions fortes, épiphanies, larmes et soulagement) et magnifique au point de vue du déploiement de l’imaginaire, me dit en partant « Je vais vous envoyer un ami, je lui offrirai une séance pour son anniversaire dans deux semaines ».
Quand l’accompagnement pour un changement vers un mieux être et la pratique artistique se rejoignent, le champ des possibles me surprend là où je m’y attends le moins…

11205554_1673154576246073_5437087292035857360_n

CA POUSSE!

Cet aprem, un.e client.e a chanté faux, pour qu’il pleuve sur sa terre brûlée et que la vie reprenne. Puis les sanglots et l’orage ont éclaté en même temps. Je me réjouis de sa prochaine séance. Son ours lui a certifié en dansant qu’avec toute cette flotte, ça allait pousser grave!

grizzly-bear2

DANS TON PROPRE COEUR

« Dans une sorte de rêve, Maître Hora envoie Momo découvrir la source du temps. Sous une coupole d’or pur, à la surface d’un bassin d’eau noire, un balancier fait surgir une fleur aux couleurs éclatantes. Bientôt, celle-ci se fane inexorablement, laissant la place à une autre, différente et encore plus belle. Sans se lasser, Momo, fascinée, regarde les fleurs s’épanouir et mourir l’une après l’autre. Peu à peu, elle perçoit aussi autre chose : elle entend une musique douce et lointaine qui la persuade que « l’univers entier, jusqu’aux étoiles les plus éloignées, est tourné vers elle et lui parle ». C’est cette musique, comprend-elle, qui donne naissance aux fleurs éphémères. À son retour, Maître Hora lui révèle qu’elle est allée dans son propre cœur.
——————————–
Momo est un film italo-allemand réalisé par Johannes Schaaf et sorti au cinéma en 1986.
Il est cité ici par Mona Chollet, dans son livre (texte disponible en ligne sur le site de des Editions Zones) :
Chez soi, une odyssée de l’espace domestique.

18118509_422452558110612_6865303152785833043_n
AVEC DES CHIPS!

Fin de séance avec une personne qui a la quarantaine.

Après une longue et fructueuse négociation entre parties, je rappelle qu’il est toujours possible de dialoguer ensemble, en séance et en dehors aussi, à deux ou tous ensemble, dans un endroit agréable comme nous venons de le vivre, autour d’un banquet…

Et là, une voix enfantine très décidée s’élève: Avec des chips!!!

 

143-147088-kid-eating-chips-1467913676

 

– CONCILIATION DE PARTIES CHEZ L’ACCOMPAGNANT.E –

Quand je travaille en séance ou en atelier, ma vigie / position méta / observateur.rice (moi je dis « vigie ») me signale si je suis impactée (émue par un contenu ou un processus qui me rappelle une situation personnelle, par exemple), si je dois veiller au contexte (promeneur avec gros chien s’approchant, dans les séances en extérieur), si je « pousse » (il y a alors un besoin de respirer et de laisser flotter), etc.

Lors de cette séance impromptue dans un contexte violent, ma négociation intérieure a été bien plus complexe. Elle s’est néanmoins mise en place sans effort, de façon étrangement naturelle. Bref, elle m’a étonnée 🙂

Et vous, avez-vous des négociations de parties de l’accompagnant.e à raconter? C’est un sujet passionnant!

***

Je partais en stage, un dimanche d’octobre 2016, à 9h, quand je suis tombée sur deux mecs dans la rue déserte. L’un, zigzagant vers moi pour m’interpeler, présentait une joue entièrement arrachée, qui pendait dans le vide comme un steak, les yeux fous (drogue, crack je pense). L’autre, prostré sur un banc, les yeux mi-clos, avait le cou tranché, d’où sortait des jets de sang qui formaient des taches à ses pieds, comme une fontaine, à intervalles réguliers.

J’ai demandé au premier de reculer, de me laisser de l’espace et du calme pour expliquer la situation à la police et aux pompiers, en lui montrant l’endroit d’où j’allais le faire (de l’autre côté de la rue, il pouvait me surveiller). En téléphonant, je les regardais. Police puis pompiers… questions-réponses, puis l’ordre de ne pas m’approcher dans le combiné.

C’est donc en vérifiant ma distance de sécurité que j’ai commencé à parler d’une voix forte et tranquille à l’agité qui s’était mis à menacer en hurlant de frapper l’autre avec une poelle ramassée sous une voiture.

Je n’avais jamais senti à ce point mon ancrage, mon calme et mon amour de l’humain, qui vivait là, face à moi, une situation cauchemardesque. Ma partie « accompagnante » s’est mise en place naturellement, avec détermination. Une autre la regardait faire avec la surprise d’être capable de ce calme et veillait à la sécurité. Les autres dividus (voir plus bas)… se sont terrées dans un premier temps.

Personne ne pouvait s’approcher. Crack, tessons de bouteille, poelle à frire, blessures, rendaient ces deux hommes trop dangereux. Deux jeunes mecs de la cité se sont placés du côté du mourant, à distance aussi, l’exhortant à appuyer sur son cou avec son pull, lui intimant de tenir le coup jusqu’à l’arrivée des secours, de rester avec nous, de ne pas abandonner… Ils parlaient de façon positive et tonique. Moi, de l’autre côté, je parlais d’une voix étrangement profonde au mec qui tenait la poelle en main et menaçait l’autre. Peu à peu, il s’est calmé, a arrêté de hurler, s’est assis sur le banc et a attendu, les yeux mi-clos, écoutant ma voix qui le berçait.

Nous étions trois accompagnants et deux accompagnés et nous ne formions qu’un, une unité tendue vers l’objectif de l’attente des secours en évitant toute nouvelle catastrophe. Pendant 15 minutes. Tout le monde était concentré. Moi, je ne réfléchissais pas, les mots venaient tout seuls et je ressentais un amour profond, du calme, pas de peur à ce moment-là.

En même temps, une partie de moi hurlait à l’intérieur que l’autre mec était en train de mourir sans qu’on lui tienne la main. J’ai dû faire des efforts pour résister à la pulsion d’y aller.

En gros, j’étais dissociée à fond et en même temps extrêmement présente, associée à la situation: A, Marie qui aurait pu paniquer car terrifiée par la violence, le sang, la folie du drogué: placée très loin sur un écran, dans un cadre / B, l’hypno : en première ligne, elle prend un maximum de place, comme une sphère qui s’ancre dans le sol, associée aux quatre hommes et dissociée du contexte, de la rue, de A et de C et complice avec D / C, une partie qui crie à l’intérieur que personne ne doit mourir seul, qui veut avancer pour donner la main: mise de côté, gérée par D, comme une scène à part, qui n’interfère pas sur B / D, la vigie raisonnable qui refuse de prendre le risque d’avancer, qui guette pour rester en sécurité, qui communique d’un regard avec les deux jeunes qui soutiennent le mourant, qui ancre encore davantage les pieds au sol tout en les maintenant en capacité de déguerpir si une crise de rage réveillait le mec à la joue pendante, qui reste associée au contexte, dans et hors de la bulle, qui écoute les bruits environnants, qui permet à B d’être entièrement dans le rapport, en fait.

Quand les flics sont arrivés, les deux jeunes ont filé (ils devaient savoir qu’ils risquaient de grosses emmerdes). Moi je ne risquais rien avec ma bonne tête de femme-blanche-intello. Je leur ai donc expliqué la situation à leur sortie du combi: « le mec à gauche meurt, sans doute artère tranchée, le mec à droite est sous hypnose et les deux sont sous crack, avec des gestes lents ça peut être simple ». Mais ils ont foncé dans le tas comme des cowboys et se sont battus avec le mec valide avant de s’occuper du mourant. Puis, l’ambulance est arrivée.

Je suis alors allée en stage et je me suis concentrée sur les objectifs de la journée. Mes séances, le jour-même et les jours suivants se sont bien déroulées, j’ai pu mettre mes émotions de côté et m’aligner.

Le soir, j’ai appris par une bande du quartier vers qui je suis allée pour des renseignements que le mec était mort à l’hôpital. Plus tard, les policiers, au poste, n’ont pas pu le confirmer verbalement, car « l’affaire » était passée à la criminelle. Mais bon… calibration et sous-entendus évidents (texte: « je ne peux rien vous dire » et tête qui fait « oui, désolé »).

Une partie de moi savait que j’avais fait ce que j’avais pu.

D’autres parties, elles, ont dû être entendues et apaisées a posteriori. Il m’a fallu gérer avec un collègue la terreur qui est ressortie et aussi la colère contre les secours qui ont tant tardé, contre les flics qui ont frappé et aussi la culpabilité mêlée au sentiment d’injustice du fait que je n’ai pas pu donner la main au mourant et aussi le sentiment d’impuissance face à quelqu’un qui meurt… Aujourd’hui, il me reste de ces parties un sentiment de tranquillité et un voile de tristesse.

Dans cet épisode, j’ai été à la fois une présence unifiée, un élément de cette bulle à cinq (les deux blessés et les trois accompagnants) si dense, et au moins quatre parties intérieures en crise-conciliation permanente.

L’analyse a posteriori m’a beaucoup appris sur le fonctionnement des parties du côté de l’accompagnant.e. On n’a pas l’habitude d’en parler, mais l’accompagnant.e aussi a droit à une conciliation de parties dans les séances aux moments critiques de violence ou simplement de doutes. Et iel a intérêt à manier cet outil avec dextérité pour rester aligné.e!

Ce fait date un peu… c’était le lendemain matin de Nuit Blanche 2016. j’ai mis quasiment un an à reprendre mes notes pour en faire un témoignage. J’imagine que cela a un rapport avec un travail intérieur sous-jacent, qui s’est fait dans le temps.

La conciliation de parties du côté de l’accompagnant.e est un sujet qui m’intéresse beaucoup… A suivre… cela mériterait d’être détaillé davantage et illustré d’autres exemples.

depositphotos_1758590-stock-photo-random-cracks

REVES LUCIDES

J’aime rêver de façon lucide. Mes témoignages sont ici 🙂

Parfois, il y a des bugs et, comme en art, les incidents font vraiment avancer!

– Bug de rêve –

Quand je rêve, je sais que je suis dans une autre réalité que le réel partagé (bref, je suis la plupart du temps en rêve lucide, que je travaille avec le rêve ou que je le laisse filer).

La nuit du 24 décembre 2017, j’ai eu un bug étrange: dans mon rêve, je savais que les paysages que je voyais, les objets que je touchais, les lieux que je visitais, les êtres que je rencontrais, les étrangetés que je vivais… n’étaient pas la réalité partagée… mais je croyais fermement que j’étais éveillée, dans la rue, en délire d’hallucinations géantes. 

Ma grande question était de trouver de l’aide au cas où les symptômes deviendraient ingérables… avec la vive tentation de vouloir continuer cette aventure, trop inédite et inouïe pour laisser si vite une intervention extérieure l’interrompre.

Un rêve d’un délire dans le réel partagé est une expérience rare, qui affine certaines compréhensions profondes.

Yeah!

Oumm Laarayes 2015 ©Zied ben Romdhane
Oumm Laarayes 2015 ©Zied ben Romdhane

INDUCTION INVOLONTAIRE

Je m’amuse souvent de l’induction par confusion non volontaire, chez les universitaires notamment.

Une copine chercheuse a reçu ça:

Capture d_écran 2017-10-06 à 12.45.08

Capture d’écran 2017-11-24 à 20.07.00.png

AUTOHYPNOSE: CHANGER D’ETAT EMOTIONNEL PAR DES ACTIONS CONCRETE

Il y a pas mal d’années, je tenais une liste très longue de tout ce qui me faisait du bien. Quand je passais un moment difficile, je prenais ma liste et m’en inspirais (plutôt que de rester prostrée). C’était magique!

De mémoire, il y avait prendre un bain très chaud, l’odeur de l’essence de mandarine, du chocolat très noir, caresser un chat qui ronronne, passer papoter avec le sans abri de la gare qui n’avait aucune mémoire et me racontait exactement la même histoire jour après jour tout exalté (il m’invitait à danser et faisait une démo, magnifique), me balader seule dans un parc ou un bois, me masser les pieds, dire « tu me fais du bien » à un ami, trouver un objet insolite sur le jeu de balle, prendre le soleil à une terrasse, sentir le souffle des chevaux sur mon nez, me glisser dans des draps frais, écouter l’enregistrement que j’avais fait de ma grand-mère morte depuis, visiter certains commerçants blagueurs, lire certains poèmes, écouter certaines musiques (là, je ne sais plus, mes gouts ont changé), nettoyer les feuilles de mes plantes, faire sourire un.e inconnu.e, un hug chaleureux, suivre une abeille le plus loin possible, observer la construction d’une toile d’araignée, chanter en nageant sous l’eau…

Aujourd’hui, quand je sens que je commence à « vriller », j’ai toujours le réflexe de faire un truc qui me fait du bien et de m’encourager « Allez, un bon massage et tu vas te sentir toute lisse et nettoyée ».

La recette de Mamyhypno? avoir sous la main une liste (car quand on est en crise, on n’a plus d’idée) pour se faire du bien en posant un acte (de préférence qui engage le corps) + s’autosuggerer positivement que l’acte posé va avoir tel ou tel effet + ritualiser l’acte (mettre les formes) + rester focus sur les sensations (ce qui est perçu par les sens, dans le corps) + s’autoriser de prendre le temps…

PS: écoutez à ce propos sur France Culture: Réconforts – refuges contemporains

Capture d_écran 2017-10-02 à 12.18.10

TRANQUILLE

Feedback de première séance (juste avant la deuxième, 2017): « Depuis un mois, beaucoup de choses ont changé: je n’ai plus d’eczéma aux pieds, le ventre s’est calmé, le dos va mieux aussi, j’arrive à respirer, mais surtout, j’ai trouvé ma direction et refait mon CV ».
C’est là qu’il faut laisser la position Meta (celle qui observe mon positionnement d’accompagnante) décrocher la mâchoire et écarquiller les yeux très très loin derrière pour – en synchronisation avec la personne – ressentir ce rythme comme tranquille. Yeah!

École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette (ESNAM)

 

MODELISATION: « Trying to be »

EMILIO LÓPEZ-MENCHERO signe une série de photos ou vidéo-performances, auto-portraits dans lesquels il incarne des personnages mythiques. Pour des hypnos, voilà un parfait exemple de modélisation dans le domaine artistique autre que théâtre ou cinéma.

Capture d_écran 2017-10-29 à 19.03.04
Série « Trying to be » Emilio Lopez Menchero

 

AAAAATCHOUMMM!!!
Si l’accompagnant.e est ok, l’accompagné.e est ok, d’où l’importance de travailler l’alignement et le fait d’être à l’aise dans un maximum de situations: bruit dans l’appart à côté, toux, aborder n’importe quel sujet…
Aujourd’hui (2017), j’ai accompagné deux personnes en séance avec des sons divers et variés: voix rauque, éternuements, sons de spray et de mouchoir, toux, chatouillis dans la gorge qui font pleurer…
Etant indisponible depuis deux semaines (rhume et toux se sont déclarés juste en revenant du dernier jour de stage, aucun signe avant, mon corps a attendu pour évacuer, magique!), je n’ai pas voulu annuler mes séances malgré mon état plutôt bruyant (hier c’était déjà présent mais pas au point de tousser-éternuer brusquement). Je me suis donc lancée à fond.
Le chant d’une foreuse d’un voisin est même venue nous accompagner un moment, tant qu’à faire…
Eh bien, me voilà rassurée: il a suffi de quelques ratifications et suggestions de tri des sons, de bulles et aussi de garder la croyance que ça roule et l’alignement qui va avec pour que les voyages et mouvements se fassent tranquillement.
Si l’accompagnant se sent ok, l’accompagné se sent ok? Vous avez des anecdotes à ce sujet?
Je retourne à mon inhalation…
22549516_2064947827066744_5647736774352941220_n
LIGNE DU TEMPS
La ligne du temps est un outil épatant!
Un exemple (2017):
Après 20 minutes de travail, au lieu de rester perché sur une montagne à 20m droit devant (accessible en télésiège, mais ce n’est pas fantastique, à voir la moue qui accompagne les explications de l’accompagnée), l’objectif intermédiaire s’est rapproché tout seul, au fur et à mesure de la récupération des ressources. Finalement, il est arrivé à 2m environ, un peu décalé sur la droite.
Puis j’ai eu la surprise de voir l’accompagnée se lever, les yeux fermés, guidée par son index (alors que j’avais simplement suggéré que son doigt avance dans la direction visée), impatiente de faire les premiers pas pour s’y diriger, sourire aux lèvres…
Elle l’a dépassé et s’est arrêtée devant la fenêtre avant de s’étendre et de revenir à un état de conscience plus ordinaire.
Le mot qui lui est venu pour l’ancrage? « Joie »! 
coeur
JE NE SUIS QU’UNE BOITE-A-OUTIL-MEDIATRICE (ET J’AIME CA)
Mon rôle dans un voyage hypnotique pour créer sa vie?
Je dirais garante du « suffisamment confortable » (balises, limites, sécurité, niveau émotionnel…), boite-à-outil hypnotique pour créer sa vie son oeuvre et son monde, médiatrice.
Car c’est la personne accompagnée qui bosse, qui choisit, qui agit. je ne fais que l’accompagner là où elle ne pourrait voyager facilement seule faute de mode d’emploi safe.
Quand la situation s’enlise ou que la personne me demande d’intervenir (« bon, tu peux faire un truc là, parce que… »), je propose intuitivement une piste ouverte « il serait peut-être intéressant pour l’intention de…, si tel désire que… ou bien… je ne fais que proposer faites au mieux pour… » ou plusieurs possibles (« il est possible qu’en continuant cette course sur place..; ou bien…ou bien…) ou je propose des outils que la personne utilise à sa manière (respirer d’une certaine façon pour monter la lumière, par ex) ou je lance un appel aux dividus (« qui peut fournir des couleurs à x pour qu’il se sente intégré? ») comme si je discutais avec un groupe ou avec chacun, en m’adaptant aux personnalités (je vouvoie une dame ou parle tendrement à un enfant, ou plaisante avec un truc bondissant rigolo… et ça se fait sans y penser car pour moi ils sont bien là, je les « sens », j’apprends véritablement à les connaitre individuellement et à m’adapter à chacun).
A la fin, ces dividus sont remerciés par la personne et par moi et remercient souvent en choeur. C’est un moment que j’adore, toujours émouvant: le dernier tour de parole, l’au revoir et la sortie!
Un exemple? Pour être plus concrète: une cliente m’expliquait une scène (2017), après avoir parlé de ses sensations: « Elle nettoie mon ventre maintenant, elle sort des tas de trucs à mains nue, elle ne fatigue pas, j’admire sa ténacité! Tous les dividus sont là, ils la regardent nettoyer. On l’encourage tous par notre présence. Quel boulot ».
A un moment donné, nous avons ri toutes les deux (le nettoyage durait, on papotait avec un dividu qui restait à l’écart, là sans être sans le groupe), et nous avons été vite « reprises » par celle qui nettoie « euh, elle n’est pas contente quand on se marre alors qu’elle bosse ». Je me suis excusée. Ma cliente aussi. Nous étions toutes les deux confuses, comme des gamines prises sur le fait par la prof.
Les dividus demandent écoute et respect, voire discipline pour certain.e.s. Sinon, ils se cachent… ou se fâchent!
23318980_10215091961556330_688075432805445512_n***
 APPRENDRE L’AUTOHYPNOSE EN SEANCE GUIDEE? 
Mes client.e.s utilisent des techniques d’autohypnose, sans que je leur en donne les bases formellement. En effet, il n’y a pas de cours spécifique mais bien une intégration progressive, sauf si la demande est contraire. Et je suis épatée de la façon dont iels apprennent juste en pratiquant, s’autonomisent et inventent des solutions inédites, en séance et en-dehors.
Pour une fois, voilà une anecdote technique pour les collègues:
En séance,
-1- j’évoque la permission : « au fur et à mesure vous allez apprendre consciemment et inconsciemment à vous servir par vous-même de cet outil, à votre rythme, qui est différent pour chacun-e. Ce que vous en ferez sera bon pour vous car votre partie profonde vous veut du bien » + fusibles de base (à décliner au besoin surtout pour les personnes qui ont tendance à se dévaloriser ou pour les fonceurs)
– 2- quand il y a une demande (in)directe d’un truc concret (c’est trop ceci ou je ne peux pas, ce serait plus facile si…), j’essaye le « faites-le vous même, vous pouvez le faire, souvenez-vous du ciel de la dernière fois, facile! », si début de panique, j’ajoute le « comment allez-vous vous y prendre? » et si je vois que le challenge leur plait, je tente carrément le « je reviens, vous le faites pendant que je ferme la fenêtre? » Quand c’est fait je n’insiste pas sur le comment, c’est normal, ils sont capables, c’est tout, on continue. Ca marche bien notamment avec les sous-modalité: au début, je pose les sous-questions, puis de moins en moins, jusqu’à ce qu’ils me disent « attendez, je transforment le port-l’arbre-le pont-…, il pourrait être mieux, j’arrive »). Pour cela, une ambiance ludique (même dans un travail douloureux), aide à avoir confiance et à oser dans le plaisir du jeu.
-3- j’évoque la prolongation du travail et aussi des apprentissages : « tout cela va continuer sans que vous vous en préoccupiez, la nuit, par exemple »
-4- je pose un ancrage lié à un geste et à des respirations particulières, sur la connexion à une/des ressource(s) avant l’éveil : « à n’importe quel moment, vous pourrez retrouver… ». Tout cela se fait discrètement, dans le flux et non dans une partie de « cours d’autohypnose »
-5- je demande des nouvelles en début de séance, de ce que la personne a réussi à changer, volontairement et/ou inconsciemment et/ou en demandant volontairement à son inconscient. De ce qu’elle a tenté de changer, V, I ou par demande de V à I et ce qui s’est passé. Etc.
Parfois, les personnes me rapportent juste un exercice de relaxation pour dormir ou pour sortir d’un état désagréable (angoisse, douleur, acouphène, envie de clope…) ou pour créer artistiquement.
Il peut également s’agir d’une connexion avec les parties intérieures que nous avons fait dialoguer en transe (« j’ai dû négocier avec la fofolle pour faire ça, on a rit »-> l’ambiance de la séance où les discussions entre parties sont teintées d’humour allègent les négociations en autohypnose, sans accompagnement), et certain(e)s, le font avec les mains qui « répondent » et trouvent ça naturel.
Une cliente a aussi bercé la fillette qu’elle a été/est avant de s’endormir et a trouvé là un joli moyen de passer de douces nuits.
D’autres inventent des ancrages « j’ai ma touche là, c’est cool ».
J’aime mon job 
26231166_733746480168933_1419659683434186512_n.jpg
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :